Sur les planches : YAO slamme avec l'AFCY

08 novembre 2018
Yao. (Crédit photo: Ishmil Waterman)

Yao. (Crédit photo: Ishmil Waterman)

Le présent est plutôt souriant pour YAO, le rappeur d’Ottawa, et on peut subodorer que ce sourire sera partagé avec l’auditoire de son spectacle organisé par l’Association franco-culturelle de Yellowknife, le 13 novembre prochain, sur la scène du Elks Logde de la capitale.


Effectivement, sa synthèse soul, pop et funk semble populaire et YAO cumule les honneurs. Il a entre autres remporté en 2015 le prix Édith-Butler de la Fondation de la Société Professionnelle des Auteurs et des Compositeurs du Québec, année où il était en nomination dans sept catégories au gala Trille d’or, de l’Association des professionnels de la chanson et de la musique. Son dernier opus, Lapsus (2016), s’est classé 24e du Top 200 des nouveautés francophones sur iTunes Canada, dans la catégorie French Pop.


Preuve que l’audace a parfois des fruits bien murs. Car cet album, YAO l’a conçu avec une contrainte singulière : celle d’écrire et de terminer chaque chanson en 48 heures, sans plus la retoucher. Une démarche à cœur ouvert.
« On laisse donc tomber les filtres typiques et on va dans l’authenticité, explique YAO. Aujourd’hui, les gens veulent de l’authenticité. Ils veulent se retrouver à travers les chansons, entendre parler de choses qui les touchent. La musique urbaine parfois manque de cette authenticité. »

Introspection
Sur Lapsus, YAO explore les relations amoureuses, mais sans s’y restreindre. « Mes thèmes varient, explique-t-il. Je parle parfois de la perte d’un être cher dans un accident de voiture suite à des facultés affaiblies, de nos rêves d’enfants. Étrange absurdité aborde les tensions raciales, la xénophobie. [...] Nomade parle de ce désir de vouloir partir d’une petite communauté, car on en veut plus, mais il y a des risques. »


En dernière analyse, pour paraphraser l’auteur-compositeur-interprète, son grand thème, c’est l’humain et ses émotions, abordé dans une dominante introspective.


YAO travaille depuis octobre 2017 sur son nouvel album, dont il avait initialement prévu la sortie pour 2020. Mais il a commencé à diffuser des chansons ici et là. Dis-moi que tu m’aimes encore est sorti sur la plupart des plateformes numériques fin octobre, deux autres nouveaux titres devraient respectivement sortir en janvier et au printemps.
Inédites ou encore en chantier, ces chansons feront partie du spectacle de YAO à Yellowknife, où il sera accompagné par quatre musiciens.


« Je grandis, je muris, je vis certaines choses que je veux me permettre de partager, c’est l’idée derrière ce prochain album, explique YAO, l’évolution de la personne et de l’artiste entre ce premier album solo de 2011 et aujourd’hui.
YAO est venu à Yellowknife en septembre 2017 à l’occasion de l’évènement de réseautage musical Contact'Ouest et a été un mentor pour les artistes locaux participants au Cabaret Taïga.


Sa tournée Nomade se poursuit jusqu’en avril 2019.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages