Un symbole de fierté

 Cliquez ici pour lire le journal dans son intégralité 

 

La tradition se poursuit. Le flocondelisé a été hissé sur le mat de l’hôtel de ville de Yellowknife, le 19 mars, à l’occasion du mois de la francophonie. Une cérémonie de levée du drapeau franco-ténois s’est aussi déroulée à Hay River le même jour. Sur la photo : la mairesse de Yellowknife Rebecca Alty, le président de Canadian Parents for French, Kieron Testart, la directrice générale de la Fédération franco-ténoise, Linda Bussey et les employées de Jeunesse TNO, Simone Hipfner et Darha Arsenault, qui ont coordonné l’évènement.

 

La cérémonie intime venait ponctuer une année faste pour les Rendez-vous de la francophonie aux TNO, alors qu’une proposition particulièrement étoffée d’ateliers, de sorties, d’activités jeunesse et d’évènements culturels est proposée par les organismes francophones du territoire.

La veille, on présentait le spectacle Cabaret Taïga au Northern Arts and Cultural Centre, un spectacle de varitété qui a mis en vedette le talent de chez nous.

Cette semaine, on se fait des ployes et de la morue de lac et on s’intéresse à la portion acadienne des Rendez-vous. La patrie de France Daigle et de Roch Voisine est à l’honneur cette année. Sort of. (P. 13)

 

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages