Mise à jour budgétaire : Un surplus malgré la pandémie

(Graphisme: Patrick Bazinet)

(Graphisme: Patrick Bazinet)

Grâce à l’aide du fédéral, à mi-parcours, le gouvernement des TNO anticipe terminer l’exercice financier 2020-2021 avec un excédent budgétaire de 34 millions $.

Malgré l’explosion des dépenses et les pertes de revenu provoquées par la pandémie depuis le printemps dernier, le gouvernement des TNO devrait terminer l’année avec un surplus budgétaire plus élevé que ce qui était anticipé avant la crise. Avec l’apport des fonds d’urgence fournis par Ottawa, qui s’élèvent jusqu’à maintenant à 92 millions $, on prévoit que les recettes fiscales de l’année surpasseront les dépenses, pour laisser dans les coffres de l’État un excédent budgétaire de 34 millions.


La ministre des Finances, Caroline Wawzonek, en a fait l’annonce dans le cadre d’une mise à jour budgétaire présentée à l’Assemblée législative. « Nous sommes, dans une certaine mesure, chanceux qu’une bonne partie du budget des Territoires du Nord-Ouest provienne des transferts du gouvernement fédéral, soit 80 % », a-t-elle ensuite commenté lors d’une rencontre avec les médias, le 20 octobre.

Budget : choix difficiles en perspective
Les montants d’aide d’urgence vouée, entre autres, au système de santé, aux écoles, ou encore à certains secteurs d’activité comme l’aviation, ont ainsi pallié les pertes de revenu engendrées par la crise sanitaire. Parmi les pertes on note la diminution des prélèvements d’impôts, les mesures d’allègements fiscaux aux entreprises, et d’importantes pertes de revenus sur les ressources naturelles.


Or, la durée et l’ampleur des impacts de cette crise demeurent toujours indéterminées, et la ministre entend relever les défis à venir avec des budgets limités. À l’heure actuelle, il est toujours exclu de renflouer les coffres en augmentant les taxes et l’impôt sur le revenu ou encore en haussant à nouveau la limite d’emprunt territoriale. Le plafond d’emprunt s’élève maintenant à 1,8 milliard $ après une hausse récente de 500 millions $ accordée dans la foulée de la réponse à la pandémie.


« La réalité, c’est que la gestion des dépenses devra être le principal élément qui permettra au GTNO de prendre une trajectoire budgétaire durable, a indiqué la ministre Wawzonek. Il faudra nous concentrer sur les choix difficiles que nous devrons prendre afin de ne pas vivre au-dessus de nos moyens, tout en fournissant les programmes et services dont ont besoin les résidents des TNO, spécialement dans le contexte de la COVID-19. »


« Cependant, je veux être très claire : la gestion des dépenses ne signifie pas que nous allons réduire les dépenses », a-t-elle précisé, en ajoutant que le GTNO souhaite miser sur l’efficacité des dépenses afin de « tirer le maximum de chaque dollar ». La ministre met ainsi l’accent sur l’importance de mettre en place des budgets et des programmes centrés sur les besoins actuellement imposés par la pandémie.


« Au ministère de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement, par exemple, l’argent qui serait normalement dédié à des initiatives marketing à grande échelle ne représente sans doute pas le genre de dépense que nous prioriserons pour l’instant. Nous préfèrerons nous concentrer sur l'appui der l’industrie, par exemple », a-t-elle avancé en point de presse.


Secteurs d’emploi chamboulés
Environ 4 000 personnes, en majorité non résidentes des TNO, ont perdu leur emploi au point culminant de la crise, en juin. Pour les résidents, ce nombre descend à environ un millier. Si le gouvernement des TNO prévoit que, d’ici la fin de l’année 2020, le niveau d’emploi devrait atteindre 90 % de ce qu’il était avant la pandémie, ce retour au travail sera toutefois différent d’un secteur à l’autre. « Certains secteurs seront beaucoup plus durement touchés et n’atteindront pas le niveau d’embauche d’avant la pandémie, tandis que d’autres reviendront entièrement à la normale », a indiqué Mme Wawzonek.


La ministre a également souligné des préoccupations quant aux « changements de structures » de certains emplois. « Le nombre d’heures travaillées, l’équilibre entre les emplois à temps plein et à temps partiel, et d’autres paramètres de ce genre pourraient ne pas revenir à la situation qui prévalait avant la pandémie, a-t-elle souligné. Ainsi, même si certains secteurs retrouvent 90 % du nombre d’emplois d’avant la pandémie, la qualité de ces emplois pourrait ne pas être la même, que ce soit en matière de paie ou de nombre d’heures offertes. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.