Un million de $ pour la lutte à la toxicomanie

La cocaïne, notamment sous forme de crack, est la substance illicite la plus consommée aux TNO. 16 % des Ténois en ont déjà consommé, et 4 % en ont consommé au cours de la dernière année.
(Crédit photo : Wikimedia Commons)

La cocaïne, notamment sous forme de crack, est la substance illicite la plus consommée aux TNO. 16 % des Ténois en ont déjà consommé, et 4 % en ont consommé au cours de la dernière année. (Crédit photo : Wikimedia Commons)

Les gouvernements fédéral et territorial ont annoncé conjointement un investissement d’un million de dollars sur cinq ans afin de lutter contre la l’abus de drogue et d’alcool.

Lundi 30 novembre, la ministre de la Santé et des Services sociaux des TNO, Julie Green, et le ministre fédéral des Services aux Autochtones, Marc Miller, ont annoncé un investissement d’un million de dollars sur une période de cinq ans (2019-2024), dans le cadre de « l’Approche axée sur le mieux-être dans le Nord », une entente de collaboration entre le fédéral et les gouvernements territoriaux qui a été renouvelée cette année.


« Le financement aidera le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO) à mobiliser les gouvernements et organisations autochtones, les administrations communautaires et les organisations non gouvernementales, peut-on lire dans le communiqué de presse. Il faudra relever les priorités et les points de vue propres aux communautés, échanger des pratiques fondées sur des preuves et élaborer des initiatives et des approches concertées pour s’attaquer à la consommation problématique d’alcool et d’autres drogues néfastes dans les collectivités. »


Campagne de sensibilisation
Cette somme permettra notamment de proposer des activités d’échanges avec les résidents et les différentes communautés autochtones, menées par « le comité territorial sur la consommation problématique de substances toxiques, où siègent des représentants de ministères du GTNO, du public et de l’Association des collectivités des Territoires du Nord-Ouest », est-il indiqué, dans le communiqué.


À la suite de ces échanges, une campagne de sensibilisation sur l’alcool et les différentes drogues sera développée.
« Il n’y a pas d’approche universelle pour s’attaquer à la toxicomanie, de dire Julie Green. Ce n’est qu’en travaillant avec les gouvernements autochtones et les collectivités sur une approche concertée pour lutter contre l’alcoolisme et la toxicomanie que nous pourrons constater des progrès dans la résolution de ce grave problème de santé publique. »
« Nous reconnaissons que les stratégies les plus efficaces prévoient des éléments de prévention, de traitement et de réduction des méfaits, et qu’elles sont orientées par les besoins soulevés par les personnes et les collectivités à qui elles s’adressent », ajoute de son côté le ministre Marc Miller.

Consommation et dépendance en chiffres
D’après les résultats d’une enquête datant de 2018 sur les dépendances aux TNO, on apprend notamment que « 47 % des hommes et 39 % des femmes ont indiqué consommer de l’alcool de façon excessive au moins une fois par mois ».
Selon Statistique Canada, la moyenne nationale se situe, à la même période, à 19,1 %.


Par ailleurs, les couts généraux par personne attribuables à la toxicomanie aux TNO, toujours en 2018, étaient de 2 329 $, ce qui représente plus du double de la moyenne nationale qui s’élève à 1 081 $, selon le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.