Sur la piste du routard arctique

Le boutte de la route – Chroniques en dix-huit roues
Yves Lafond, Éditions la nouvelle plume, Regina, avril 2021, 225 pages

Le boutte de la route – Chroniques en dix-huit roues Yves Lafond, Éditions la nouvelle plume, Regina, avril 2021, 225 pages

Dans le recueil de chroniques Le boutte de la route, d’Yves Lafond, le parcours routier se double d’un cheminement intérieur.

Les sages disent qu’on ne peut se fuir soi-même. Pour ceux qui partent quand même, l’illusion, le temps qu’elle dure, vaut néanmoins le détour quand celui-ci passe au milieu de paysages insensés et rime, en fin de compte, avec la soif d’aventures.

C’est ce vagabondage à la fois arctique et existentiel que raconte avec talent Yves Lafond dans Le boutte de la route, un recueil de chroniques en dix-huit roues initialement parues dans le journal francophone du Yukon, l’Aurore Boréale. Livraison de nourriture sur la mythique autoroute Dempster, cargaison de diamants sur les routes de glace ténoises, camionnage à Old Crow, Lafond campe le décor et les êtres, transporte ses lecteurs dans une langue orale et joualisante, ce qui ne lui enlève rien en précision et en lyrisme.

 

Nature, bêtes et hommes

Après avoir ausculté sans en préciser l’exacte nature un malêtre qui lui fait quitter Québec, femme et enfants, l’auteur sillonne la Dempster entre Dawson City et Inuvik, ruminant ses malheurs, mais avec l’âme qui s’allège progressivement. Comment maudire son métier longtemps, « quand on roule sous les aurores boréales, entre les étoiles filantes ? », écrit-il.

Sur son chemin, des graylings, des caribous et des loups, les monts Ogilvie et Richardson, la Peel et le Dehcho.

Et des hommes bien sûr. Des camionneurs aux racines portatives comme lui, ou encore Bumstead, un vieux pêcheur gwich’in qui habite un camp décati sur le bord du Mackenzie, sa nièce Winnie, avec qui le narrateur entretient des relations équivoques, Rob, qui cache sa sérénité.

Yves Lafond déploie ses talents de conteur et son empathie à leur rencontre et c’est là peut-être là que Le boutte de la route arrive trop tôt, laissant sur sa faim le lecteur qui aura oublié qu’il s’agit de chroniques et non d’un roman, et qui devra faire son deuil d’en apprendre davantage sur ces sympathiques personnages aux apparitions météoritiques.

 

Dempster all the way

Mais, par-dessus tout, il reste la route. La route tortueuse de la sérénité, celle de la destinée, des choix, de volonté de dépasser l’apitoiement sur soi-même.

Parmi toutes les routes, il reste la route, la Dempster, que le chroniqueur décrit comme un serpent géant, capable de vaincre le reptile qui l’étouffe de l’intérieur.

« Dans ce serpent, j’apprends de nouveaux mots, écrit Lafond. Mots connus, autrefois sans signifiance, qui prennent maintenant beaucoup de sens. “Respect”, “faire de son mieux”, “vérité”, “survivre”, “pardon”, “fierté/humilité” (souvent dans un même mot), etc. […] Dans chaque coin de la Dempster, ils m’attendent ; à la sortie de la bouche d’un vieux pêcheur gwich’in sur la rive du Mackenzie, ou de son comparse de l’autre côté du fleuve, ou parfois d’un chasseur, d’un trappeur, d’une cueilleuse ou d’un ivrogne, ou encore d’un vieux trucker blanc qui connait le danger qu’il y a à fanfaronner sur cette route sacrée. »

Un récit à la fois pudique et révélateur, quelque part entre Un taxi la nuit, de Pierre-Léon Lalonde, et Du diesel dans les veines, le dernier ouvrage signé par Serge Bouchard avant sa mort.


Tous les commentaires (1)

Écrit par Anonyme, 18 juin 2021, 12 h 58
Un très bon article. Merci Denis !
Laissez nous vos commentaires
Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.