Terres et ressources : : Responsabilité partagée entre les gouvernements territorial et autochtones

10 décembre 2020
La simple consultation ne suffit plus. Désormais il faudra inclure les Autochtones dans les décisions (Crédit photo : Thomas Ethier)

La simple consultation ne suffit plus. Désormais il faudra inclure les Autochtones dans les décisions (Crédit photo : Thomas Ethier)

Un nouveau protocole législatif unique au Canada redéfinit la façon dont sont prises les décisions qui touchent les territoires autochtones aux TNO.

Désormais, le gouvernement des TNO devra obtenir l’accord des Autochtones avant de légiférer en matière d’administration des Terres et de mise en valeur des ressources naturelles.

Le 2 décembre, le Conseil intergouvernemental des TNO, qui rassemble le gouvernement des TNO et neuf gouvernements autochtones du territoire, a adopté un protocole d’élaboration des lois sur les terres et les ressources naturelles.

Il s’agit de la première étape d’un processus formel qui mettra les gouvernements autochtones et le gouvernement territorial sur un même pied d’égalité. La première ministre Caroline Cochrane en a fait l’annonce en point de presse, tout juste après l’adoption unanime du protocole par le Conseil intergouvernemental.

Concrètement, ce protocole vise à ce que la participation des gouvernements autochtones dans l’élaboration des lois sur les terres et les ressources ne se limite plus à une simple consultation, mais implique directement les groupes autochtones dans l’élaboration des politiques. Le gouvernement des TNO ne pourra plus avoir le dernier mot, comme c’était le cas jusqu’à maintenant.

 

Une entente sans précédent

Il s’agit de la première entente du genre au Canada. Le grand chef du gouvernement tli?cho, George Mackenzie, également présent au point de presse, a parlé d’une journée importante pour les Territoires du Nord-Ouest.

« Ce protocole est une avancée pour tout le Canada, dit-il, et démontre comment les Autochtones peuvent occuper la place qui leur revient dans le développement de lois qui touchent les terres et les ressources. Ceci démontre comment les gouvernements publics sont en mesure de reconnaitre ce partenariat, et démontre que l’inclusion entière des gouvernements autochtones dans les décisions est dans l’intérêt de chacun. »

« Plusieurs provinces et territoires au Canada doivent consulter les gouvernements autochtones avant d’aller de l’avant pour l’élaboration des lois et des règlements, a souligné la première ministre. Or, il y a une différence entre une simple consultation et une décision véritablement concertée. Ce protocole devra faire en sorte que le GTNO ne pourra plus simplement consulter les gouvernements autochtones et prendre la décision finale. Nous devrons nous assoir à la table et écrire les lois ensemble. »

 

Un combat de longue date

Ce protocole a été établi dans l’optique d’adhérer aux principes de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, qui prévoit que les gouvernements autochtones sont respectés, consultés et invités à collaborer à toutes les étapes entourant la gestion des terres et des ressources.

Aux yeux du président de la Nation métisse des TNO, Garry Bailey, les Territoires du Nord-Ouest sont désormais instigateurs d’un modèle dont pourront s’inspirer d’autres gouvernements.

« Il n’y a aucun autre endroit au pays qui inclut ce type de protocole, nous agissons ainsi en leadeur et d’autres gouvernements à travers le monde pourront s’en inspirer, a-t-il déclaré. Nous avons eu nos différents avec le GTNO, mais nous pouvons maintenant travailler à faire fonctionner les choses, et nous assurer que nos revendications seront protégées. »

« Bien des gens le comprennent mal, a ajouté M. Bailey, mais les peuples autochtones se battent pour un tel accord depuis le début du 20e siècle. C’est un grand accomplissement et nous avons hâte à la mise en œuvre de cette loi. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.