Fort Smith : Projets foisonnants à l’école JBT

06 septembre 2018
Christine Sivret, Carolyn Matthews, et Allie McDonald, trois enseignantes en immersion  de Fort Smith. (Crédit photo: Denis Lord)

Christine Sivret, Carolyn Matthews, et Allie McDonald, trois enseignantes en immersion de Fort Smith. (Crédit photo: Denis Lord)

À l’école élémentaire Joseph Burr Tyrrell (JBT), Christine Sivret et Amy Turner amorcent leur septième année en tant qu’enseignantes.


Préalablement à la rentrée, comme tous les autres professeurs de la Commission scolaire de division du Slave Sud, elles ont participé à une formation de sensibilisation à l’histoire et à la culture autochtones abordant, notamment, l’épisode des pensionnats indiens.


Lors de cette formation offerte à l’école Princess Alexandra de Hay River, les professeurs ont, entre autres, participé à ce qu’on appelle l’exercice des couvertures, une mise en situation servant à développer l’identification aux Autochtones dans un contexte d’invasion et de dépossession.


« C’était très intense », décrit Christine Sivret, après un silence qui en dit tout autant que les mots qu’elle emploie.
Dans ce cadre, Christine Sivret raconte aussi avoir traversé la rivière en bateau, fait cuire de la bannique et de l’inconnu et fait de la peinture avec l’artiste chipewyan John Rombough.


Un camp d’automne sur la culture autochtone aura lieu plus tard cette année.

Percussions
À JBT, explique Mme Sivret, les élèves qui veulent étudier en immersion française doivent s’inscrire dès leur 1re année, à moins qu’ils n’aient fréquenté auparavant une école d’immersion ou de français langue première.


Cette année, le groupe de 1re, 2e et 3e d’Amy Turner comptera 25 élèves, soit un peu plus que l’an dernier.


Quant à Christine Sivret, son groupe de 12 élèves de 4e, 5e et 6e est le plus petit qu’elle ait eu depuis qu’elle enseigne à l’école JBT, où elle a enseigné à plusieurs niveaux différents.


En plus de leur dispenser des notions de sciences, de français et de mathématiques, Christine nourrit aussi des ambitions artistiques pour ses élèves.


Hors classe, elle a mis sur pied un groupe de percussions sur chaudières. « Nous avons des seaux de différentes grosseurs, dont le plus gros est de la taille d’une poubelle, explique-t-elle. Il ne nous manque que les baguettes. »


Lors de la précédente année scolaire, Christine Sivret a lancé un festival francophone à Fort Smith. Elle a bien l’intention de récidiver en février ou mars 2019, avec l’aide d’étudiants de l’école secondaire Paul William Kaeser, pour animer des ateliers, par exemple. Au menu : une cabane à sucre, des crêpes et bien d’autres choses. À suivre !


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages