Articles de l'Arctique, 5 mars 2021 : Prix Inspiration Arctique : la musique grande gagnante

La société de musique d’Iqaluit a reçu le prix le plus élevé lors des Prix Inspiration Arctique avec 1 million de dollars. Cette somme permettra à l’organisme de mettre en place un programme de musique après l’école pour les jeunes enfants du Nunavut. (Crédit photo : Darlene Nuqingaq)

La société de musique d’Iqaluit a reçu le prix le plus élevé lors des Prix Inspiration Arctique avec 1 million de dollars. Cette somme permettra à l’organisme de mettre en place un programme de musique après l’école pour les jeunes enfants du Nunavut. (Crédit photo : Darlene Nuqingaq)

Le 19 février 2021, les convoités prix Inspiration Arctique ont été décernés. Sept organismes du Nord se partagent des bourses totalisant 3,13 millions $. Ils œuvrent dans les secteurs de l’art, de la culture traditionnelle, de l’éducation ou encore de la santé.

La société de musique d’Iqaluit a reçu le grand prix, assorti d’une bourse de 1 million $, pour son projet « Imaa » qui permet aux enfants et aux jeunes de s’exprimer par la musique et d’avoir accès à une offre plus diversifiée en matière de cours.

« Nous allons créer le premier programme de musique après l’école pour les jeunes enfants, où les jeunes professeurs de musique en herbe peuvent être encadrés, formés et embauchés comme professeurs de musique », indique Darlene Nuqingaq, coresponsable du projet.

 

Vers la souveraineté alimentaire en Arctique

La souveraineté alimentaire est un sujet fondamental en Arctique et la Première Nation Na-Cho Nyak Dun, au Yukon, et l’organisation des trappeurs et chasseurs de Spence Bay au Nunavut ont respectivement reçu 485 000 $ et 451 000 $ pour leurs projets visant à apporter la sécurité alimentaire à l’échelle locale.

La Première Nation de Na-Cho Nyak Dun au nord de Whitehorse est propriétaire d’une ferme en opération depuis 2020. Partenaire dans le projet, Sonny Gray, directeur de North Star Agriculture indique qu’un bâtiment de transformation des aliments devrait être prêt à l’automne 2021. Destiné à l’abattage des animaux de la ferme, mais aussi des animaux chassés sur les terres ancestrales comme l’orignal, le bâtiment sera également utilisé pour des ateliers culturels en lien avec la nourriture traditionnelle pour les citoyens de la Première Nation.

Au Nunavut, dans le hameau de Taloyoak, le projet Niqihaqut (« notre nourriture » en inuktitut) est géré par l’organisation des trappeurs et chasseurs de Spence Bay. Pour Jimmy Oleekatalik, membre de l’organisme, ce prix va permettre de construire un bâtiment de transformation des produits alimentaires traditionnels comme le bœuf musqué, le caribou et le phoque. S’il estime que deux ans seront nécessaires pour la construction de l’infrastructure, M. Oleekatalik espère que ce projet permettra la création d’une dizaine d’emplois.

« La viande que nous achetons à l’épicerie est chère et rend certaines personnes malades, précise-t-il lors d’un échange téléphonique. Nous devons investir dans la consommation d’aliments traditionnels et nous devons revenir à nos racines. »

 

Troubles auditifs et prévention au Nunavik

Le projet nommé « Tusaajuit » a reçu 500 000 $ et aboutira à la création d’un organisme à but non lucratif. La perte auditive est particulièrement présente dans les communautés inuites et ce projet a pour mission de sensibiliser la population du Nunavik aux troubles de l’audition et de faciliter l’accès aux soins auditifs. Le financement reçu permettra de combler les lacunes en termes de ressources éducatives sur la déficience auditive ainsi que du matériel de prévention qui identifie les causes de cette déficience dans les collectivités.

 

S’exprimer par l’art

L’atelier communautaire Makerspace de Yellowknife s’est vu octroyer la somme de 100 000 $ pour son espace de création artistique. Souhaitant développer l’offre de programmes et formations artistiques pour les jeunes, ce prix permettra le financement d’un poste de coordonnateur des programmes artistiques.

« C’est sûr qu’avec ce prix et la création de ce nouveau poste, notre organisme sera plus réactif et proposera davantage d’ateliers pour que les jeunes puissent faire de l’art à Yellowknife », explique le directeur général de l’organisme, Julian Morse.

 

Connecter les jeunes de l’Arctique de l’Ouest

Le collectif jeunesse de l’Arctique de l’Ouest (Western Arctic Youth Collective) est récompensé par la somme de 97 000 $ pour « former un réseau d’alliés et de défenseurs de la jeunesse dans un contexte qui embrasse la vision du monde et l’expérience de chacun, peut-on lire sur le site internet des Prix Inspiration Arctique. Ensemble, ils contribuent à la création d’un impact collectif qui incitera ces groupes de jeunes des régions désignées des Gwich'in et des Inuvialuit à lancer des initiatives d’envergure et de fonder sur des valeurs et principes communs, tout en les aidant à entrer en contact avec des organisations de l’extérieur de cette région nordique ». Du 2 au 4 mars derniers, le collectif a organisé une série d’ateliers en ligne sur le bienêtre mental pour les jeunes qui a inclus des discussions sur la prévention du suicide.

 

La rencontre du savoir traditionnel et de l’expertise scientifique

Enfin, le réseau canadien des montagnes a reçu la somme de 500 000 $ pour son projet de formation destinés à la jeunesse.

« [Cette somme] permettra à 30 jeunes du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunatsiavut de participer à des camps d’entrainement de 10 jours en 2022 et 2023. Au cours de ces camps, les jeunes travailleront ensemble, vivront ensemble, apprendront les connaissances traditionnelles des ainés autochtones et l’expertise scientifique des chercheurs directement sur le terrain. Non seulement cela renforcera la résilience des jeunes autochtones, mais développera les capacités des communautés à comprendre et à réagir aux changements environnementaux, tout en contribuant à diversifier les économies dans le Nord et en soutenant l’adaptation et la durabilité », peut-on lire sur le site internet de l’organisme.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages