COVID-19 : Près de 40 cas actifs à Yellowknife

Précieuse cargaison?! Les 1100 premières doses du vaccin Pfizer-BioNTech, dont l’administration aux 12 à 17 ans a été approuvée par Santé Canada, arrivent à Yellowknife le 5 mai. (Courtoisie GTNO)

Précieuse cargaison?! Les 1100 premières doses du vaccin Pfizer-BioNTech, dont l’administration aux 12 à 17 ans a été approuvée par Santé Canada, arrivent à Yellowknife le 5 mai. (Courtoisie GTNO)

Plus d’un millier de personnes sont subitement placées en auto-isolement, mettant au défi le service de dépistage. Mais tout n’est pas sombre, pendant ce temps, on ouvre la vaccination au groupe des 12 à 17 ans.

Batiste Foisy et Thomas Ethier

Un nombre record de cas de COVID-19 ont été dépistés dans la capitale territoriale cette semaine, dans la foulée de la déclaration d’une éclosion à l’école N. J. Macpherson. Le 5 mai en soirée, on en dénombrait 34 confirmés et six probables.

De nouvelles notifications de probable exposition au virus sont annoncées presque chaque jour. Le 5 mai, le restaurant Bullock’s s’ajoutait à la liste. Toute personne qui se trouvait dans le populaire restaurant du vieux Yellowknife le vendredi 30 avril entre 13 h et 14 h 45, doit se placer en auto-isolement immédiatement.

Depuis une semaine, plus d’une vingtaine d’avis d’exposition ont été ainsi publiés. Sont notamment visés, tous les élèves et le personnel de l’école N. J. Macpherson, les élèves de 10e année de l’école secondaire Sir John Franklin et tous les joueurs, entraineurs et arbitres qui ont participé au tournoi de soccer Spring Kick Off YK.

En conférence de presse, lundi, l’administratrice en chef de la santé publique affirmait que Yellowknife se trouvait « au seuil de la transmission communautaire », mais qu’il était trop tôt pour employer ce terme puisque, jusqu’à présent, tous les cas dépistés sont liés entre eux. Depuis, la Dre Kami Kandola n’a toujours pas annoncé que le seuil avait été franchi, laissant supposer que les nouveaux cas sont tous toujours dépistés auprès de contacts directs identifiés des cas précédents.

Jusqu’à présent aucun lien n’a été fait entre la grappe de cas liés à l’éclosion à N. J. Macpherson et celle identifiée une semaine auparavant pour laquelle le député Steve Norn s’est identifié comme étant le premier infecté.

Avec la multiplication des cas, vient aussi un grand nombre de contacts probables, c’est-à-dire des individus et des foyers auxquels on demande de s’auto-isoler. Plus d’un millier de personnes sont ainsi placées en quarantaine obligatoire à Yellowknife, un sommet.

Cela occasionne des défis logistiques, alors que nombre de salariés ne peuvent pas se rendre sur leur lieu de travail et que certains services, comme la livraison de denrées alimentaires, voient une augmentation drastique de leur achalandage. Le 6 mai au matin, le service de commande en ligne de l’épicerie Rochdi’s Independent n’avait plus de disponibilité pour les trois prochains jours.

 

Dépistage

Le système de dépistage de la COVID-19 est également mis au défi alors qu’un grand nombre de personnes tentent d’obtenir un test. Le 6 mai en matinée, le service de prise de rendez-vous en ligne de l’Administration des services de santé et des services sociaux des TNO (ASTNO) proposait le mardi 11 mai pour le prochain test COVID disponible.

Par courriel, un porte-parole de l’ASTNO, David Maguire, indique que le centre de dépistage de Yellowknife a une capacité quotidienne de 250 tests et que l’équipe arrive parfois à en faire plus pour effectuer des dépistages jugés prioritaires. « Lundi, par exemple, nous avons recueilli et testé 320 écouvillons », écrit-il.

Des cliniques mobiles sont aussi déployées au besoin. Une telle clinique a notamment été mise en place à l’école N.J. Macpherson pour dépister les élèves et les enseignants.

« Nous pourrions augmenter notre capacité d’accueil à la clinique de dépistage ce weekend si le personnel nécessaire est disponible », ajoute le porte-parole.

À ce point-ci, on recommande aux personnes placées en isolement qui n’ont pas de symptôme d’attendre avant d’aller se faire dépister, pour laisser la priorité aux personnes symptomatiques.

Des résultats de tests préliminaires peuvent être disponibles en 15 minutes, mais il faut compter de 24 à 48 heures pour obtenir les résultats officiels. Le dépistage rapide est présentement réservé aux personnes symptomatiques ou présentant un facteur de risque élevé.

 

De nouvelles règles

Avec l’éclosion de cas dans la capitale, un certain nombre de nouvelles règles ont été mises en place. Les plus importantes étant l’obligation de porter le masque dans tous les espaces publiques intérieurs et la fermeture des écoles
« jusqu’à nouvel ordre ». Ces règles s’appliquent à Yellowknife, mais aussi à N’dilo, Dettah et Behchoko`.

L’administration de la santé publique a également demandé d’interdire toute activité parascolaire aux jeunes de moins de 18 ans. Pour mettre en œuvre ces directives, la municipalité de Yellowknife a choisi de demander des pièces d’identité pour accéder à certains services publics, comme la piscine, le centre sportif Multiplex ou encore la bibliothèque publique.

Se faire carter à la bibliothèque, vraiment ? « Le bureau de l’administratrice en chef de la santé publique et la municipalité de Yellowknife ont déterminé qu’il était prudent, à ce point-ci, de restreindre l’accès aux services municipaux intérieurs à toute personne de moins de 18 ans afin de réduire le risque de transmission du virus à Yellowknife », indique le responsable des communications de la santé publique, Darren Campbell, dans un courriel. Il ajoute que les mineurs comptent pour un bon nombre des contacts rapprochés identifiés et que cette population n’est pas vaccinée.

Du côté de la municipalité, on affirme suivre les directives édictées par l’Administration de la santé publique.

Par ailleurs, certains services publics sont présentement entièrement fermés, dont la mairie et le centre sportif Fieldhouse. Le détachement de la GRC de Yellowknife n’offre plus de service au comptoir, mais il est toujours possible de contacter la police par téléphone au numéro 867-873-1111.

 

Fermeture des écoles

Toutes les écoles de Yellowknife N’dilo, Dettah et Behchoko` sont fermées depuis lundi matin. Pour l’instant, aucune date n’est avancée pour la reprise des cours en présentiels. À l’école Allain St-Cyr, on a commencé à offrir l’enseignement à distance le 5 mai, après deux jours d’ajustement.

« C’est sûr que depuis l’épisode de l’an dernier [quand un confinement général a été décrété dans l’ensemble du territoire], on s’était tous préparés à un tel scénario, a commenté lundi le président de la Commission scolaire francophone des TNO, Simon Cloutier. On se disait que ça pourrait arriver advenant, justement, une éclosion dans l’une des collectivités de nos écoles. Mais je dois quand même admettre que, étant donné que ça c’était plutôt bien passé aux TNO depuis le début de la pandémie, et maintenant avec une bonne partie de la population vaccinée, nous avions comme un peu mis ça derrière nous. On se disait que plus ça avançait, plus les risques diminuaient. Mais malheureusement, comme on l’a vu, ce n’est pas encore terminé et il a fallu se réajuster. »

 

Vaccins pour les mineurs

Le vaccin contre la COVID-19 est maintenant offert aux mineurs, mais pour l’instant le nombre de doses disponible demeure limité. Les jeunes de 12 à 17 ans de Yellowknife qui ne sont pas en isolement peuvent dès maintenant prendre rendez-vous pour se faire vacciner contre la COVID-19. Les séances de vaccination dans la capitale territoriale se déroulent entre le 6 et le 8 mai. Les jeunes de de 12 à 17 ans de Behchoko` pourront être vaccinés la semaine prochaine, indique le gouvernement dans un communiqué.

Les personnes qui se trouvent présentement en isolement et qui sont asymptomatiques peuvent dès maintenant écrire à l’adresse CPHO@gov.nt.ca pour obtenir une permission de sortie pour obtenir le vaccin durant leur isolement. « Les protocoles et procédures de vaccination ont été revus et simplifiés pour améliorer l’accessibilité au vaccin » pour ces personnes, explique le gouvernement.

Les jeunes de Yellowknife seront ainsi vaccinés en priorité, « étant donné que les grappes de cas d’infections récemment observées à Yellowknife concernaient des jeunes », indique-t-on dans le communiqué. On ajoute que d’autres plages horaires seront proposées dès que les ressources et l’offre le permettront.

Le gouvernement indique, en outre, que d’autres doses de vaccin de Pfizer-BioNTech sont attendues dans les semaines à venir, pour être offertes aux jeunes de 12 à 17 ans dans toutes les autres collectivités du territoire.

Dans le cadre d’une entente avec les provinces, les TNO ont obtenu plus de 1 100 doses de vaccin de Pfizer-BioNTech — approuvé le 5 mai par Santé Canada pour les personnes de 12 ans et plus — en échange d’un certain nombre de vaccins de Moderna. Ce dernier, administré à la population adulte des TNO, n’a pas encore été approuvé pour les mineurs.

« En raison de l’approvisionnement limité, les doses de Pfizer-BioNTech ne seront pas offertes aux adultes de 18 ans et plus pour le moment, mais les membres de ce groupe d’âge pourront toujours recevoir le vaccin de Moderna », souligne-t-on dans le communiqué.

Le gouvernement assure que suffisamment de doses du vaccin Moderna seront conservées aux TNO pour « pour donner la deuxième dose à tous ceux qui en ont reçu une première dose et pour garder une certaine marge de manœuvre dans le programme de vaccination. »

En date du 3 mai en soirée, plus de 21 600 secondes doses de vaccin avaient été administrées aux TNO et plus de 26 000 premières doses. On estime que 57 % des Ténois d’âge adulte sont entièrement vaccinés.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Salle de nouvelles
Journaliste à Yellowknife |
Marie-Soleil Desautels
Journaliste à Hay River | Thomas Chabot
Journaliste IJL | Thomas Ethier
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867-766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4T
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
614 – 115, rue George, Oakville, ON L2J 0A5
T 905-599-2561