Gouvernance : Par et pour Norman Wells

31 janvier 2019
Le premier ministre des Territoires du Nord-Ouest,Bob McLeod, le secrétaire parlementaire de Relations Couronne-Autochtones, Marc Miller, et la présidente de la Société foncière de Norman Wells, Sherry Hodgson.

Le premier ministre des Territoires du Nord-Ouest,Bob McLeod, le secrétaire parlementaire de Relations Couronne-Autochtones, Marc Miller, et la présidente de la Société foncière de Norman Wells, Sherry Hodgson.

Les négociations pour l’entente finale peuvent commencer.

Après 12 ans de négociations pour l’Entente de principe, le Canada, les Territoires du Nord-Ouest et la Société foncière de Norman Wells peuvent depuis le 16 janvier passer à la seconde ronde : une entente finale pour l’autonomie gouvernementale des Dénés et des Métis de Norman Wells.


Lors de son discours à la cérémonie de signature de l’Entente de principe, la présidente de la Société foncière de Norman Wells, Sherry Hodgson, a prédit que la prochaine phase aurait ses défis. En entrevue avec L’Aquilon, elle a préféré ne pas souligner les points potentiels de litige, disant qu’elle ne faisait pas partie de l’équipe de négociations. « Dans chaque négociation, il y a des défis, explique-t-elle. Mais nous allons passer à travers, comme nous l’avons fait les 12 dernières années. »


Les futures négociations porteront notamment sur le mode de financement et les règles fiscales du futur gouvernement Tlego´hli? Got’i?ne?.


Mme Hodgson se refuse à estimer le temps qui sera nécessaire pour conclure les ententes. « Je ne veux pas m’avancer, prévient-elle, ce serait incorrect. Les négociations dicteront le temps qui sera nécessaire. »

Géométrie variable
À terme, la Société foncière sera abolie au profit du futur gouvernement, dont les pouvoirs comprendront entre autres l’éducation, le logement social et l’administration de la justice.


L’Entente de principe détaille le mode de scrutin et qui sera habilité à voter, en fonction des changements du ratio entre la population autochtone et non autochtone de Norman Wells. D’ailleurs, explique la négociatrice fédérale Shannon Shannon, une des raisons principales pour lesquelles les négociations ont été si longues est que la population autochtone de Norman Wells pourrait passer de minoritaire à majoritaire, et qu’il fallait en conséquence conclure une entente qui permette l’évolution d’un gouvernement autochtone à un gouvernement autochtone public.


Si la population autochtone de Norman Wells passe à 70%, les autochtones ont l’option de créer un gouvernement autochtone public où les non autochtones auront le droit de vote et de représentation. La ville cesserait alors d'exister.


Les négociations pour l’autonomie gouvernementale des Dénés et des Métis du Sahtu de Norman Wells font partie des obligations contenues dans l’Entente sur la revendication territoriale globale des Dénés et Métis du Sahtu, conclue en 1993.


Norman Wells comptait 776 habitants en 2016.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages