Convention collective : Message et piquetage

20 décembre 2018
Pratique de piquetage des employés syndiqués de la SETNO le 14 décembre. (Crédit photo : Denis Lord)

Pratique de piquetage des employés syndiqués de la SETNO le 14 décembre. (Crédit photo : Denis Lord)

Les employés syndiqués de la Société d’énergie aiguisent leurs piquets de grève.

Quelques dizaines de travailleurs de la Société d’énergie des Territoires du Nord-Ouest (SETNO) membres du Syndicat des travailleurs du Nord (STN) ont tenu une pratique de piquetage le midi du 14 décembre devant la centrale hydroélectrique de Jackfish, à Yellowknife.

« Nous essayons d’éviter un conflit de travail avec la SETNO, explique le président du STN, Todd Parsons, mais nous voulons leur envoyer un vrai message : nous avons une résolution forte, très déterminée, et nos membres ne veulent pas avoir à s’engager dans une grève. Alors nous avons décidé de prendre l’heure du diner, quand les travailleurs ne travaillent pas, pour pratiquer notre talent de piquetage. »


M. Parsons affirme que l’événement est l’initiative du Local 16, qui réunit les travailleurs de la SETNO de Yellowknife et de Fort Smith, et non celle des dirigeants du syndicat.


Les négociations par l’entremise de l’avocat torontois Mort Mitchnick, qui se sont terminées il y a quelques semaines, se sont avérées vaines.


« Nous avons encore un certain nombre de questions importantes à régler. Nous nous battons pour la sécurité de l’emploi [...] et pour apporter de l’imputabilité au gouvernement face à l’utilisation de sous-traitants. Nous essayons de protéger plus notre travail. »


La dernière entente collective date de 2014. Le STN réclame notamment une indexation au cout de la vie pour quatre ans et de meilleures conditions pour les travailleurs, qui pratiquent leur métier parfois bien loin de leur domicile ou qui sont en mode de veille.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages