Logement : le GTNO a tardé à dépenser les fonds

La ministre Paulie Chinna.

La ministre Paulie Chinna.

En 2018, Ottawa a accordé au gouvernement des TNO un financement de 60 millions $ pour le logement. Or, deux ans plus tard,  pas un sou n’a été dépensé. Grillée par les députés, la ministre responsable s’est engagée à agir rapidement. « Mon objectif,  c’est que ces fonds soient dépensés d’ici la fin du mandat de ce gouvernement », a-t-elle assuré.


Alloué en 2018 par Ottawa, ce fond est toujours intact ; aucun projet d’habitation n’a encore pu en bénéficier. Des députés ont exprimé leur crainte en chambre quant au fait que cet argent, voué notamment à pallier les problèmes criants d’accès au logement dans les collectivités des TNO, n’ait toujours pas été alloué.


La ministre Chinna s’est engagée à offrir des détails concrets de son plan d’action dès le début de l’année 2021. Quant à l’octroi de ces fonds parmi les partenaires non gouvernementaux du territoire : « Un plan sera alors solidement implanté », a-t-elle assuré.


Des plans spécifiques à chacune des collectivités du territoire devront être produits avant l’allocation des fonds. « Nous avons fait une tournée des 33 collectivités cet été pour visiter et pour consulter les partenaires et les résidents, a expliqué la ministre Chinna. Le but de cette tournée était de créer des partenariats avec des organisations autochtones et des actionnaires, afin de les amener à saisir cette occasion de faire des demandes de financement via le Fonds de co-investissement. »

Un fond stagnant
Certains députés ont signifié leur crainte selon laquelle, puisque le fond n’a pas encore été touché depuis 2018, les TNO ne parviendront pas à le dépenser à temps, et qu’une partie doive être retournée au fédéral. Une éventualité navrante, dans un contexte de crise du logement associé, entre autres, à un fort taux d’itinérance et de problèmes sociaux.


« On parle beaucoup de ces fonds dans les collectivités : les gens veulent aider », a souligné la députée de Kam Lake, Caitlin Cleveland. « La ministre convient-elle qu’il importe d’être davantage proactif quant à la façon dont sera dépensé cet argent dans nos collectivités ? »


« Je m’engage maintenant à travailler beaucoup plus fort pour passer le message auprès des partenaires, a affirmé la ministre. J’ai besoin que les organisations non gouvernementales des TNO aillent de l’avant, j’ai besoin que les regroupements autochtones viennent travailler avec nous. Ces 60 millions de dollars doivent être dépensés. »


Le député de Hay River Sud, Rocky Simpson, a questionné la ministre quant au processus de distribution des fonds parmi les partenaires. « Il y a trop de joueurs à travers le territoire », a-t-il souligné, exprimant ses préoccupations quant à une distribution juste et efficace des fonds afin d’en maximiser l’impact et de contribuer à l’amélioration des conditions de logement. « Est-ce que ces fonds pourraient être entièrement gérés par la Société d’habitation des TNO, pour en assurer une distribution adéquate ? », a-t-il suggéré.


La ministre a affirmé préconiser cette méthode dans le cadre de ses démarches avec Ottawa, pour que les décisions soient prises par le territoire. « Une priorité de la Société d’habitation est d’avoir pleinement accès au montant alloué, a-t-elle acquiescé. Nous faisons des démarches auprès du gouvernement fédéral pour que la Société d’habitation ait accès à l’entièreté des 60 millions $, afin de pouvoir les administrer nous-même. Nous souhaitons être en mesure de dire à Ottawa : voici comment nos maisons doivent être construites aux TNO, et voici combien ça coute dans chacune des collectivités. »

Nouvelle initiative à Ottawa
Le gouvernement du Canada annonçait, le 27 octobre, la mise sur pied de l’Initiative pour la création rapide de logements, un fond d’un milliard de dollars voués « à répondre aux besoins urgents en matière de logement des Canadiens vulnérables, surtout dans le contexte de la COVID-19, grâce à la construction rapide de logements abordables. », selon la description qu’en fait le site Web du gouvernement.


Aux yeux du député Rocky Simpson, le temps presse, puisque ce programme prévoit allouer tous les fonds avant mars 2021 pour assurer la disponibilité des logements dans les 12 mois suivant les ententes.


« Il s’agit d’un nouveau programme, nous avons encore très peu d’information, mais les employés du ministère se familiarisent avec le programme, a indiqué la ministre responsable de la Société d’habitation. Nous avons un programme d’accès rapide aux logements, actuellement financé à l’interne, ce qui n’empêche pas la société d’habitation de faire des démarches pour obtenir encore plus d’argent. »


Les fonds de co-investissement pour l’habitation des TNO ont été alloués par Ottawa en 2018 dans le cadre d’une d’une stratégie nationale d’accès au logement de 41 milliards $. Outre ce fonds de co-investissement, un fonds national est également offert à travers le Canada. « La majorité des demandes qui ont été faites dernièrement aux TNO pour des projets d’habitation ont eu accès à ce fonds national, qui totalise environ 55 millions au pays, directement alloué aux gestionnaires de projet du territoire par Ottawa », a expliqué la ministre.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.