Le refuge

Conseil municipal du lundi 4 octobre. Le projet de l’établissement d’un centre de jour temporaire (jusqu’en 2024) est écarté à la suite d’un vote de quatre voix contre trois. On relance la balle dans la cour du GTNO, qui devra chausser ses patins afin de régler cette situation des plus alarmantes avant les premiers gels de notre hiver impitoyable.

La population est profondément divisée sur ce sujet. D’un côté, on invoque la logique économique, la dépréciation des propriétés avoisinantes et les craintes quant à la sécurité publique en rapport avec le degré d’intoxication des sans-abris. De l’autre, on évoque la charité humaine, la volonté de réconciliation envers cette clientèle marginalisée, et le simple fait de l’austérité hivernale sur la population des sans-abris. Dialogue de sourds ? Mobilisation trop tardive ? Devra-t-on suspendre le processus de consultation et décréter unilatéralement, au-dessus des lois et règlementations, la promulgation d’une solution qui répondra à cette triste situation ?

Pour plus de 300 êtres humains, toute solution s’avèrera TRÈS BIENTÔT essentielle, sans retour. Il ne faut certes pas attendre que l’on empile les dépouilles gelées de sans-abris négligés dans un processus technocratique où s’expriment les intérêts individuels et les craintes/préjugés, au détriment des valeurs humanistes qui devraient inspirer tous les concitoyens de notre monde moderne et privilégié.

Si, comme le laissent entendre les conseillers réfractaires au refuge, le GTNO n’a pas partagé toutes les options étudiées pour répondre à la situation, il faut, en toute urgence, mettre toutes les cartes sur la table, pour que la discussion réponde aux besoins de la population marginalisée, et non aux mélimélos politiques, aux ambitions futures de tout un chacun.e. De quelque côté de la question que les intervenants soient. Et, une fois la question réglée, il faudra faire retour sur tout ce processus, et le moderniser, l’affiner à la réalité contemporaine afin d’éviter d’avoir à recourir à la promulgation de décret, une voie d’évitement peu démocratique, qui répond à un processus aussi peu démocratique où une seule opposition peut faire dérailler l’adoption d’une solution, quelle qu’elle soit, en réponse à n’importe quelle problématique. Il nous faut (ré)apprendre à vivre ensemble…


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.