Développement durable : Le phare de la durabilité

Un atelier sur la ville intelligente a rassemblé du 9 et 10 aout des représentants de la Ville de Yellowknife, d’Ecology North, de Northland Utilities, de la Nation dénée et de la société civile. (Crédit photo : Antonin Boulanger Cartier)

Un atelier sur la ville intelligente a rassemblé du 9 et 10 aout des représentants de la Ville de Yellowknife, d’Ecology North, de Northland Utilities, de la Nation dénée et de la société civile. (Crédit photo : Antonin Boulanger Cartier)

La Ville de Yellowknife est en lisse pour un prix en développement durable de 5 millions de dollars.
 

En juin dernier, la Ville de Yellowknife a été sélectionnée parmi les cinq finalistes du Défi des villes intelligentes dans la catégorie des communautés ayant une population en deçà de 30 000 habitants. À titre de finaliste, elle est récompensée d’un prix de 250 000 $ afin de faire progresser son plan de développement durable et tenter d’obtenir le gros lot de 5 millions de dollars. L’annonce des communautés gagnantes — petite, moyenne, grande — se fera au printemps 2019.


Le Défi des villes intelligentes est un concours pancanadien organisé par Infrastructure Canada. L’objectif de ce défi est d’encourager les villes à se munir d’idées audacieuses pour améliorer la vie de leurs concitoyens et concitoyennes à l’aide de données et des technologies. Les thématiques des projets se divisent selon les débouchés économiques, l’autonomisation et l’inclusion, la qualité de l’environnement, les modes de vie sains et loisirs, la mobilité, puis la sureté et la sécurité.


Le projet de Yellowknife incorpore un réseau de lampadaires intelligents dont le but premier est de réduire la pollution lumineuse nuisant à la contemplation d’aurores boréales. La première étape du projet consistera à interconnecter les lampadaires intelligents à un réseau maillé sans les remplacer. L’atténuation de la luminosité par des longueurs d’ondes visibles dont l’unité est plus importante, comme le rouge ou le jaune, et l’intensification selon les déplacements de la communauté grâce à un détecteur de mouvement installé sur chacun des lampadaires, sont deux résultats possibles de l’utilisation de ce réseau. Le système lumineux pourra, entre autres, enregistrer les données recueillies et servira à dénombrer le débit de la circulation locale et la quantité de précipitations de neiges ponctuelles. Ces données recueillies seront une économie de temps et d’argent.


Dans le futur, les lampadaires pourront s’adapter à être des bornes de recharge pour des véhicules électriques, des stations Internet publiques, des lieux d’informations touristiques et des écrans tactiles qui pourront sonder la population sur des enjeux locaux, par exemple. Les premiers essais des lampadaires intelligents se feront possiblement dans le quartier de la vieille ville et le long du lac Frame.


Les concurrents
Les quatre autres finalistes du concours représentent trois communautés des Premières Nations et une communauté de la Nouvelle-Écosse. La Première Nation de Pic River (Biigtigong Nishnaabeg) en Ontario, mise sur une éducation bilingue (nishnaabemwin et anglais) axée sur leurs histoires sacrées, les technologies mobiles, l’informatique, la robotique, les mathématiques et les sciences pour leurs générations futures afin qu’elles soient plus robustes aux tendances du marché du travail et puissent connaître et appliquer leurs pratiques ancestrales.


La Nation crie d’Eastman, en Jamésie au Québec, mise sur un programme de logements à consommation nette zéro et abordable, dont la conception est culturellement appropriée. La communauté de Bridgewater en Nouvelle-Écosse veut tirer 20 % de sa population de la pauvreté énergétique d’ici 2028. Enfin, le conseil des Mohawks d’Akwesasne, à cheval entre le Québec et l’État de New York, veut réduire le fléau du diabète dans sa communauté en l’abaissant au niveau national. Le diabète touche trois fois plus les Premières Nations que les allochtones.

Consortium
Pour sa participation au défi des villes intelligentes, la Ville de Yellowknife fait partie d’un consortium avec Ecology North et Northland Utilities en collaboration avec White, une firme internationale d’architecture basée en Suède.
S’ils gagnent le gros lot, ils pourront développer une panoplie de projets durables pour la communauté.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages