Le gouvernement ne paiera plus pour l’isolement des vacanciers

L’hôtel Chateau Nova de Yellowknife est le centre d’isolement le plus achalandé aux Territoires du Nord-Ouest. Plus des deux tiers des Ténois qui effectuent leur quarantaine en centre d’isolement le font dans la capitale territoriale. Ce service coute environ 1 million $ par mois au gouvernement territorial, quoiqu’une partie des frais est compensée par des investissements fédéraux. (Crédit photo : Cécile Antoine-Meyzonnade)

L’hôtel Chateau Nova de Yellowknife est le centre d’isolement le plus achalandé aux Territoires du Nord-Ouest. Plus des deux tiers des Ténois qui effectuent leur quarantaine en centre d’isolement le font dans la capitale territoriale. Ce service coute environ 1 million $ par mois au gouvernement territorial, quoiqu’une partie des frais est compensée par des investissements fédéraux. (Crédit photo : Cécile Antoine-Meyzonnade)

À partir du 5 janvier, tout voyageur qui revient aux Territoires du Nord-Ouest d’un voyage non essentiel devra payer lui-même les frais de son séjour obligatoire en centre d’isolement. La première ministre Caroline Cochrane en a fait l’annonce le mardi 1er décembre.

L’annonce imposera à certaines personnes de revoir leurs plans de voyage pour le temps des Fêtes. Si son séjour n’est pas essentiel et que le voyageur ne peut s’auto-isoler à domicile, il devra être rentré aux TNO le 4 janvier, au plus tard, pour avoir droit à un séjour sans frais dans l’un des hôtels désignés.


Les personnes voyageant pour des raisons médicales ou familiales, ou dont l’auto-isolement est recommandé par un professionnel de la santé, ou encore est nécessaire en raison de circonstances particulières, auront pour leur part accès sans frais aux chambres désignées par le gouvernement des TNO.


Il est toujours permis de faire sa période d’auto-isolement à domicile dans les municipalités de Yellowknife, de Hay River, de Fort Smith ou d’Inuvik. Rappelons que, depuis le 18 novembre, lorsqu’une personne choisit de s’isoler chez elle, tous les membres de son foyer sont également soumis à une période d’auto-isolement de 14 jours.


Questionnée sur l’iniquité pour les membres de collectivités où il n’est pas permis de s’isoler à domicile, Mme Cochrane a indiqué qu’aucune mesure spéciale ne sera adoptée. « Les petites collectivités sont les plus à risques. Elles n’ont pas les ressources pour faire face à une éclosion, a-t-elle souligné. Pour les voyages non essentiels, personne n’aura droit à un séjour payé en centre d’auto-isolement. Tout le monde est soumis à la même politique. »

Une décision concertée
La première ministre dit avoir apporté ces modifications aux politiques d’isolement en regard de consultations menées auprès des gouvernements autochtones, des administrations communautaires et des partenaires du secteur des affaires. Comme indiqué dans un rapport émis le 24 novembre, la majorité des parties prenantes consultées s’est prononcée pour l’interruption du paiement des frais des centres d’auto-isolement pour les voyages non essentiels.


Selon la première ministre, cette décision vise à réduire les dépenses du Secrétariat de coordination pour la COVID-19, mais également à diminuer les risques d’éclosion aux TNO, au moment où la pandémie s’intensifie dans le reste du pays. « C’est une façon d’économiser de l’argent, et nous sommes bien sûr redevables aux contribuables, a-t-elle déclaré en point de presse. Mais par-dessus tout, nous insistons : ce n’est pas le moment de voyager à l’extérieur du territoire. Le risque est très élevé, et nous n’avons pas la capacité de nous en occuper. »


Les centres d’isolement représenteraient plus de la moitié des couts consacrés à la mise en œuvre des arrêtés de santé publique. Cependant, le gouvernement fédéral a récemment accordé un financement de 31,7 millions $ au gouvernement des TNO, soit le cout total anticipé pour le fonctionnement du Secrétariat de coordination en réponse à la COVID-19, jusqu’à la fin de l’exercice financier.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages