Le choix qui s'impose

06 septembre 2018

Les programmes d'immersion françaises sont très populaires chez nous.

On ne peut nier ni la qualité des programmes offerts, ni l'impact qu'ils ont sur notre société. Selon les données du recensement, le segment de la population ténoise pouvant s'exprimer en français qui a le plus cru au cours de la dernière décennie est constitué de Ténois pour lesquels la langue de Beaulieu est un idiome second.


D'aucuns seront tentés de voir en l'immersion française une option valable pour l'éducation des enfants francophones. Or, l'immersion demeure un enseignement de langue seconde. Les travaux de chercheurs tels que Rodrigue Landry ont bien établi que, pour former des francophones de culture, bilingues d'expression, l'école en français langue première offre les meilleurs résultats. L'école francophone ne se contente pas d'inculquer le code qu'est la langue, elle forme l'identité et baigne l'enfant dans la culture francophone. Elle seule intègre les élèves à la communauté linguistique. Pour les francophones, c'est le choix qui s'impose.


Ce printemps, le gouvernement des TNO annonçait son intention de dispenser plus largement l'enseignement des langues autochtones dans les écoles des TNO. Il serait éventuellement question d'offrir aux élèves le choix d'une langue autochtone ou du français (ou de l'anglais dans le cas de l'école francophone) comme langue seconde d'apprentissage. C'est un progrès dans un dossier beaucoup trop longtemps négligé.


Or, le salut des langues dénées, inuites et crie en tant que vecteur de la continuité culturelle ne pourra, lui non plus, être pleinement réalisé dans des classes de langue seconde. Il faudra bien un jour, pour le maintien de ces langues, des écoles distinctes et des systèmes éducatifs axés sur la construction identitaire. Les Tli?chos, qui ont acquis la gestion de leur système d'éducation, sont engagés dans cette voie.


L'option offerte aux groupes linguistiques socialement valorisés d'apprendre, par cosmopolitisme, une langue autochtone est excellente et contribuera sans doute à raccommoder le tissu social. Mais ce n'est pas comme ça qu'on sauvera ces langues, ces cultures.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages