Itinérance : Le GTNO investit dans l’Arnica Inn

Le motel Arnica Inn de Yellowknife. (Crédit photo : Maxence Jaillet)

Le motel Arnica Inn de Yellowknife. (Crédit photo : Maxence Jaillet)

Le 31 mars dernier, le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest a débloqué un financement pour la réhabilitation de l’Arnica Inn en logements sociaux. Le montant précis destiné à ces derniers n’a pour le moment pas été précisé.
Au total, 5 millions de dollars seront consacrés à créer des logements temporaires pour permettre l’auto-isolement des sans-abris. Cela inclut 1,4 million de dollars pour 36 places à Aspen Apartments et 25 places à l’Arnica Inn. Le reste, 3,6 millions de dollars, permettra de mettre sur pied 130 places en dehors de Yellowknife, et d’effectuer différentes rénovations.
Si le réaménagement de l’hôtel est aujourd’hui dans les petits papiers du gouvernement, cela n’a pas toujours été le cas. En parallèle de cette décision, un autre acteur militait en sa faveur, depuis maintenant plus d’un an : l’organisme Yellowknife Women’s Society (YKWS).
Selon Bree Denning, la directrice de l’association, cette décision du GTNO a été prise en raison de la pandémie de la COVID-19 : « Il y a beaucoup de gens dans le besoin et il faut se rendre à l’évidence qu’un bâtiment comme cela est nécessaire dans la situation actuelle. »

Historique
Il y a plus d’un an maintenant, YKWS, basée dans la capitale des TNO, a répondu à un appel de projets. Depuis sa fondation en 1990, cette société à but non lucratif lutte contre l’exclusion des femmes et les aide à s’intégrer dans la vie, notamment en leur fournissant un toit. Dans sa ligne de mire, la réhabilitation de l’hôtel, reconnaissable à sa devanture rouge, situé sur l’avenue Franklin. Le bâtiment est constitué d’un grand nombre de logements qui pourraient très facilement se transformer en 42 appartements distincts.
Fin février, la Société canadienne d’hypothèque et de logements (SCHL) écarte la proposition, laissant l’association sans solution. Refaire une proposition s’avère trop compliqué et surtout, impossible dans les délais imposés. À ce moment, la mairesse de la capitale des TNO, Rebecca Alty, avait affiché sa consternation sur les réseaux sociaux et son soutien à la YKWS.

Rebondissements
Plus d’un mois après cette décision, le vendredi 27 mars, l’organisme Yellowknife Women’s Society annonce avoir signé un accord pour la réhabilitation de l’Arnica Inn. Le groupe Tony Chang, également propriétaire de YK Chrysler et de la franchise Boston Pizza de Yellowknife, lui permet de transformer et d’utiliser le bâtiment, mais lui accorde également un sursis d’un an pour réunir les fonds.
L’affaire semble enfin se dénouer, seulement un nouveau problème vient s’ajouter à l’intrigue : le lundi suivant, Bree Denning apprend que l’assurance qui couvre actuellement la propriété avait « renié » sa couverture. Dès lors, la société a trente jours pour trouver une nouvelle compagnie d’assurance.
Aucune raison n’a, semble-t-il, été fournie selon la directrice : « C’est un délai assez court, il va falloir trouver les bonnes personnes et ce, malgré la fermeture des frontières des TNO. »
Bree Denning, qui a reçu un prix au nom de la YKWS pour son implication dans la communauté, se dit tout de même soulagée par ces derniers évènements, même si elle sait que l’histoire est loin d’être terminée. « Évidemment qu’on est sur de meilleures voies qu’en février dernier, mais il reste encore beaucoup à faire, c’est un autre défi. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561