Le Folk d’une manière ou d’une autre

La chanteuse soul Zaki Ibrahim a offert une prestation enlevante, lors de la 39e édition de Folk On The Rocks. En 2020 l’évènement avait dû être annulé en raison de la pandémie. Cette année, on promet que le festival aura lieu, même si la formule demeure incertaine. (Crédit photo : Nicolas Servel/Archives L’Aquilon)

La chanteuse soul Zaki Ibrahim a offert une prestation enlevante, lors de la 39e édition de Folk On The Rocks. En 2020 l’évènement avait dû être annulé en raison de la pandémie. Cette année, on promet que le festival aura lieu, même si la formule demeure incertaine. (Crédit photo : Nicolas Servel/Archives L’Aquilon)

 Les organisateurs ont récemment confirmé la tenue de la 40e édition du festival Folk On The Rocks pour 2021. Alors que la situation pandémique perdure, l’organisation se montre confiante quant à la présentation de l’évènement.

Karine Lavoie
IJL — APF – Territoires

Le plus grand rendez-vous musical dans les Territoires du Nord-Ouest, Folk On The Rocks présentera sa 40e édition du 16 au 18 juillet 2021. Le festival, qui avait dû être annulé en 2020 en raison de la COVID-19, aura lieu « d’une manière ou d’une autre » cette année, selon une publication Facebook du 12 janvier.

En raison des incertitudes qui planent sur ce que seront les règles sanitaires au courant de la saison estivale, le comité organisateur se doit de faire preuve de résilience et de créativité dans ses préparatifs. Pour les artistes qui s’y produisent, ce festival représente un évènement rassembleur d’une grande importance.

Folk On The Rocks (FOTR) jouit d’une grande popularité et attire des artistes qui proviennent des Territoires du Nord-Ouest, du Nunavut, mais également d’un peu partout à travers le pays. « Normalement, les artistes viennent de partout, en mettant l’accent sur les talents nordiques. Nous recevons environ 3200 personnes au cours du weekend du festival », indique Carly McFadden, directrice générale et artistique de l’évènement. Selon elle, ce sont probablement le groupe City and Colour et le rappeur Shad qui ont attiré la plus grande foule lors de leur présence en 2017.

Le comité organisateur se promet de souligner la 40e édition du Festival qui s’est vu repoussée d’un an : « Nous planifions quelques petites surprises pour notre public afin de célébrer la 40e édition », ajoute-t-elle.

 

S’adapter au changement

Alors qu’à ce stade, des restrictions sont toujours en place par rapport au nombre de personnes admises lors d’un rassemblement extérieur, et que les frontières territoriales sont toujours fermées aux non-résidents, Carly McFadden se montre optimiste quant à la suite des choses.

Toutes les soumissions d’artistes, peu importe leur lieu de résidence, sont présentement acceptées : « Nous sommes actuellement en pourparlers avec les autorités sanitaires pour savoir comment organiser en toute sécurité un plus grand rassemblement et nous sommes également très positifs quant au déploiement du vaccin », explique la directrice.

Pour elle, le grand respect des règles sanitaires de la part des Ténois permettra la tenue de Folk On The Rocks et c’est pour cette raison que la possibilité de représentations virtuelles n’est pas explorée à l’heure actuelle. « Les Territoires du Nord-Ouest ont fait très attention pendant toute la durée de la pandémie et nous pensons que cette prudence va nous récompenser cet été », ajoute-t-elle.

Conscient que la pandémie a eu des conséquences financières négatives pour plusieurs personnes au cours de la dernière année, le comité organisateur a aussi considéré qu’il était important que le prix des billets ne devienne pas un obstacle à la participation de la communauté. « Le billet à prix réduit est nouveau parce que nous savons que beaucoup de gens ont eu une année difficile financièrement et nous voulons que le Festival soit accessible à tous. Nous avons actuellement un programme de commandites où les participants peuvent acheter des billets supplémentaires pour ceux qui en ont besoin s’ils le veulent », explique-t-elle.

Heureusement, l’évènement continue de recevoir de l’aide de précieux partenaires : « La plupart de nos commanditaires privés ont continué de nous soutenir tout au long de cette longue et dure année et nous sommes incroyablement reconnaissants pour ce soutien fidèle », s’enthousiasme-t-elle.

 

Faire partie de l’expérience

Folk On The Rocks permet la découverte d’artistes et ces derniers peuvent quant à eux découvrir le mode de vie ténois. « Je crois que FOTR amène à la communauté des artistes que nous ne verrions peut-être pas autrement, tout en incarnant une célébration de l’expérience de vie dans le Nord », précise Carly McFadden.

Demsky est un artiste de musique électronique originaire de Toronto résidant à présent à Tokyo. Après avoir entendu des commentaires positifs sur Folk On The Rocks et ayant une cousine qui habite à Yellowknife, il a complété son processus de soumission et espère à présent obtenir une réponse positive. Son témoignage rejoint les observations de Mme McFadden : « D’après les informations que j’ai recueillies sur le Festival, ça semble vraiment être le cœur et l’âme de la ville. Je serais honoré d’y partager mon son. J’ai créé des choses incroyables et je suis prêt à les rapporter à la maison », explique-t-il. Le charme des Territoires du Nord-Ouest contribue également au désir de s’y produire : « J’adorerais jouer dans une si belle région du pays », conclut-il.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.