Sur les rayons : La science du sacré

Nicole Redvers établit des ponts entre modernité et savoir traditionnel.

Avec The Science of the Sacred, la naturopathe de Yellowknife Nicole Redvers démontre la science cachée dans les traditions millénaires de peuples à travers le monde tout en prônant une révolution de la médecine où l’individu prendra en main sa santé et son bienêtre.


Au fil des chapitres consacrés à la biochimie, la génétique ou la psychologie, le docteur Redvers établit des ponts entre les connaissances scientifiques et les médecines chinoise et ayurvédique, les savoirs dénés, inuits, coréens, etc.


Mais le livre de Nicole Redvers ne vise pas qu’à légitimer – si besoin est – les savoirs traditionnels et à prouver leur pertinence au XXIe siècle.


« Le but, écrit-elle, est d’inspirer le changement qui est nécessaire pour associer la révolution de soi, avec les traditions sans pour autant compromettre les valeurs et les avancées modernes. »

« Nous sommes devenus très dépendants des épiceries, des docteurs, des pharmacies, etc., dit Nicole Redvers, en entrevue avec L’Aquilon. Mais il y a deux-cents ans, dans plusieurs endroits dans le monde, quand tu étais malade, tu sortais, et tu allais chercher ce dont tu avais besoin pour prendre soin de toi-même. »


La naturopathe ajoute que les Ainés ont toujours prôné l’autonomie pour la santé et le bienêtre, au lieu de la dépendance.


« L’autoresponsabilisation est la révolution dont nous parlons, explique Mme Redvers, c’est de retrouver le contrôle, de savoir que tu peux faire un changement par toi-même ».


« Nous n’avons pas survécu comme sociétés sans avoir des milliers d’années de savoir collectif, souligne Nicole Redvers. Et je pense que ça sera le défi de notre génération d’associer ces deux systèmes. Nous avons une génération perdue de jeunes marqués par une augmentation du taux de suicide et de problèmes de santé mentale. Souvent, ça vient de ne pas savoir qui on est, de ne pas avoir de but dans la vie. Le but de tous les systèmes de santé traditionnels dans le monde est de trouver l’équilibre entre la santé mentale, physique, spirituelle et émotionnelle. »


Transmettre
Nicole Redvers est une des fondatrices de l’Arctic Indigeneous Wellness Foundation. Cet organisme possède à Yellowknife un camp destiné aux jeunes Autochtones qui est en même temps un centre de guérison.


Un des mandats de l’organisme est d’aider à revitaliser la médecine traditionnelle dans le Nord en suscitant des rencontres entre Ainés et jeunes dans le cadre de programmes formels.


« Nous sommes dans un grand danger de perdre une partie du savoir traditionnel, déplore le docteur Redvers. Beaucoup de nos Ainés disparaissent. »


Elle compare leur disparition à des bibliothèques qui brulent.


Heureusement, dit-elle, beaucoup de travail a été réalisé au cours des dernières décennies pour capturer ce savoir et le transmettre à la prochaine génération.

Genèse
L’éditeur de Nicole Redvers, North Atlantic Book (NAB), est basé en Californie et ses ouvrages sont distribués à travers le monde par Penguin Random House, un gros joueur dans ce domaine.


À but non lucratif, NAB publie des ouvrages sur les médecines alternatives, l’écologie et la spiritualité.


« Ce n’est pas facile de trouver un éditeur pour un auteur qui en est à son premier livre, raconte Nicole Redvers. J’ai fini par faire de la recherche sur les éditeurs qui pourraient être intéressés par mon contenu et j’ai fait des soumissions non sollicitées. »


L’auteure était un peu inquiète que NAB puisse éventuellement dénaturer son message à travers le processus d’édition, mais dit qu’elle a toujours été consultée et qu’il n’y a eu que des changements mineurs.


Nicole Redvers a une entente pour plusieurs livres avec l’éditeur, mais a promis à son partenaire qu’elle allait prendre une pause avant de se lancer dans une autre œuvre, pour laquelle elle a déjà des idées.


L’auteure fera le lancement de son livre à la bibliothèque de Yellowknife, le samedi 11 mai 2019, dès 15 h.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages