S'abonner à Médias Ténois

La pandémie s’essouffle ? Surtout ne pas relâcher la vigilance.

02 décembre 2021

Bonne nouvelle. Yellowknife ne compte aucun cas actif de COVID-19, une première depuis le 15 aout. En fait, dans l’ensemble des TNO, seule la collectivité de Tuktoyaktuk est hantée par la présence de cas. « Ouf ! », diront plusieurs. « Ce n’est pas trop tôt », souligneront d’autres. « Ça arrive à point pour les Fêtes », conclura la grande majorité. Mais ne crions pas victoire trop rapidement. Le variant Omicron pointe à l’horizon. Et combien d’autres mutations bouillonnent dans cette marmite virale ?

Lorsque l’on observe l’histoire épidémiologique de l’humanité, tout nouveau virus éclate avec fracas, combinant létalité et viralité. Mais, comme tout organisme, ces virus cherchent, par des mutations subséquentes, à diminuer leurs effets morbides, cherchant à survivre plutôt qu’à s’éteindre avec leur hôte. Le variant Omicron, plus viral mais moins létal, s’inscrit dans cette logique. Nul doute que sa prochaine incarnation/mutation (le variant Sigma ?) sera encore moins délétère, et finira son évolution comme un virus saisonnier. Mais, d’ici là, il ne faut pas baisser nos gardes.

Alors que le temps des Fêtes approche à grands pas, il faut maintenir les mises en garde sanitaires qui nous auront permis d’en arriver aux chiffres positifs que nous observons présentement. Des rassemblements festifs, surtout si des membres de ces groupes ne sont pas vaccinés ou ont été vaccinés il y a plusieurs mois (avec une immunité affaiblie par le temps) pourraient se transformer en des foyers d’éclosion et de propagation du virus, en une véritable tempête parfaite, intergénérationnelle et sans égard à l’ethnicité, nonobstant le statut socioéconomique ou quelque autre caractéristique humaine dont ces petites bibittes n’ont que faire.

Il nous faut tous prendre nos responsabilités face à cette pandémie qui aura fauché nombre de nos concitoyen.ne.s, parmi les plus vulnérables de notre société. Si nous voulons poursuivre sur la lancée positive qui s’installe sur nos contrées, si nous voulons diminuer l’emprise à venir du variant Omicron sur la population des TNO, nous ne devons pas baisser les bras et nous devons maintenir les normes de contact qui auront permis d’en arriver à cette accalmie virale.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.