L'essor de la musique classique_19

Le mémoire Projet concernant de nouveaux signes pour la musique, que Jean Jacques Rousseau propose à l’Académie française en 1742, est lu pour la première fois au mois d’aout de 1941. Ce document présente les signes de la notation musicale existants à ce moment historique, résultat des transformations des neumes (signes graphiques apparus aux débuts du Moyen Âge) qui sont : une portée à plusieurs lignes dans lesquelles une même note a différentes positions (transposition) par rapport aux clés utilisées (ut, la et sol) avec des bémols, des dièses et des bécarres. La durée est représentée par des rondes, des blanches, des noires et des croches (simples, doubles et triples). Les silences par des pauses, des demi-pauses et des soupirs (simple, demi, et quart). 

Le mémoire de Rousseau explique que ce système de notation musicale est inutilement compliqué et difficile à apprendre par les écoliers, et il propose de remplacer le nom des notes par des numéros en commençant par ut (1, 2 […], 7), en situant un point sur le numéro pour désigner une note d’une octave supérieure ou un point sous le numéro pour une octave inférieur. Une ligne oblique qui croise le numéro de manière descendante représenterait le dièse ; de manière ascendante, le bémol. Les lettres A, B, etc. représenteraient les octaves, et le 0, le silence. Le mémoire de Rousseau est reçu par l’Académie française, mais à la suite des analyses comparatives faites par D’Alembert et Jean Philippe Rameau, n’est pas appuyé. Toutefois, Rousseau est retenu par Diderot comme collaborateur à l’Encyclopédie pour les chapitres sur la musique.
En 1750 il écrit Discours sur les sciences et les arts, et en 1752, il présente à l’Académie royale de musique son opéra Le Devin du village. Quelque mois après, il provoque la querelle des bouffons lorsqu’une compagnie italienne présente l’opéra-bouffa La serva padrona (la servante patronne) à l’Académie royale de musique. Cela soulève des protestations de plusieurs philosophes et compositeurs, tels que Diderot et Rameau, qui sont contestés par d'autres, dont Rousseau. Ce dernier écrit des articles interprétés comme étant attentatoires à l’identité française, ce qu’il nie, et il explique dans sa Lettre sur la musique française (un document de vingt-quatre pages) les différences musicales entre le style d’opéra italien et le style d’opéra français. Il remet en question l’harmonie des mélodies musicales de l’orchestre avec le contenu lyrique.

L’auteur anime Trésor de la musique classique à 21 h,
les dimanches et mercredis sur CIVR 103,5 FM et Radiotaiga.com


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561