L'envol de la musique classique dans le romantisme_9

 Après ses succès à Milan, Niccolo Paganini entame une série de concerts dans sa route vers Rome. Il s’arrête à Gênes et à Parme. Bien qu’il continue ses compositions pour la guitare, le violon et les quatuors à cordes, c’est en 1817 qu’il présente son premier concerto pour violon et orchestre : Concerto pour violon No1.

Avec cette entrée dans l’arène des compositeurs pour grands orchestres, il continue d’offrir une place centrale à son instrument, le violon, et il demeure l’interprète lors de ses représentations. Au cours de ses voyages, il se marie à Antonia Bianchi avec qui il a un enfant : Achille Ciro Alessandro. En 1826, à Naples, il présente son célèbre Concerto pour violon No2 dont la beauté et la complexité suscitent l’admiration du public et des grands compositeurs de la musique classique. Le dernier mouvement de cette œuvre est repris par Franz Liszt et transposé pour le piano sous le titre de La Campanelle, et par Johan Strauss dans Valse à la Paganini.

Lorsqu’il arrive à Rome, il devient rapidement la vedette de différentes écoles musicales et du Vatican. En 1827, le pape Léon XII lui confère la Croix de l’Ordre de l’Éperon d’or et Niccolo Paganini est nommé membre honoraire de l’Académie National de Sainte Cécile, qui, fondée à Rome en 1585 sous le nom de Congregazione de' musici di Roma, est la plus ancienne des académies musicales d’Europe. Après son triomphe à Rome, Niccolo Paganini reçoit l’invitation de François II, empereur d’Autriche, pour donner des concerts dans sa cour à Vienne. Il se rend dans cette ville lumière de la musique classique en 1829 après avoir présenté des concerts à Palerme et à Venise. C’est la première fois qu’il quitte la péninsule italienne. Ses prestations à Vienne sont couronnées d’un grand succès et il poursuit ses voyages, offrant des concerts à Salisbury, à Prague, à Berlin, à Wierman et à Strasbourg. Il est ensuite invité à présenter ses concerts à Paris. Il décède à Nice, en mai 1840, à l’âge de 57 ans.

Niccolo Paganini a offert à la musique classique les premières pièces associées à la période du Romantisme. Il laisse près de 200 compositions dont le violon est l’instrument principal, hormis quelques pièces composées pour la guitare solo. Il n’a pas composé de symphonies ; seulement des sonates et des concertos pour orchestres de chambre, principalement des quatuors à cordes.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.