L'envol de la musique classique dans le romantisme_37

29 septembre 2021

La ville de Vienne, capitale de l’Autriche, est située dans la région centrale de l’Europe. Elle est traversée par le fleuve Danube et la rivière Vienne, et s’est développée depuis le premier siècle de notre ère lorsque les Celtes ont fondé la cité de Vindobona. Elle devint la capitale du Saint Empire romain germanique lorsque la Maison des Habsbourg devint la lignée impériale. L’Empire fut créé par Otton Ier au Xe siècle en conséquence du traité de Verdun signé en 843, et qui couvrait les territoires d’Europe centrale et occidentale. Au début du romantisme, Vienne est une des plus importantes villes phares du développement culturel et de la musique classique, en parallèle à Leipzig, Paris, Rome et Saint-Pétersbourg. Parmi ses théâtres, le Theater in der Josefstandt est le centre d’attraction pour les grands compositeurs de cette époque. Parmi eux, Franz Schubert, qui était le plus grand compositeur de lied.

Le lied, qui peut être traduit par « mélodie », n’est pas une création germanique du début du romantisme, car la tradition des chants a sa racine dans l’aube de l’humanité, et lorsque les clans commencèrent a se sédentariser, apparurent des instruments musicaux, dont les instruments à cordes, qui sont adoptés par des chanteurs pour s’accompagner. Dans la Grèce antique, on retrouve des chansons accompagnées par des lyres. Le lied prend racine dans le Minnesang, qui est un genre de chant écrit et chanté par des Minnesinger, poètes/chanteurs allemands. Une tradition qui est reliée avec celle des trouvères, poètes et compositeurs qui écrivaient dans la langue d’oïl au nord de la France (parallèlement aux troubadours qui, au sud de la France, composaient en langue oc). Ces chants avaient comme instrument d’accompagnement le luth.

Au début du romantisme le lied prend forme dans l’écriture de la musique classique en ayant comme instrument d’accompagnement le piano-forte. Instrument qui possède une grande boite de résonance, des touches pour propulser des notes de sept octaves chromatiques, et trois pédales qui permettent de varier leur tonalité. Dans son interprétation, l’atmosphère musicale du poème va poindre, tel le lied Erlkönig, composé par Franz Schubert sur un poème de Wolfgang Von Goethe, où le piano reproduit le galop du cheval que chevauche le Roi des Aulnes au milieu d’une nuit sous un brouillard dense, ayant enlevé un enfant qu’il porte dans ses bras.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Salle de nouvelles
Journaliste à Yellowknife |
Marie-Soleil Desautels
Journaliste à Hay River | Thomas Chabot
Journaliste IJL | Thomas Ethier
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867-766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4T
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
614 – 115, rue George, Oakville, ON L2J 0A5
T 905-599-2561