L'envol de la musique classique dans le romantisme_16

 Dans un émerveillement qui ressemble à celui de Niccolo Paganini, Frédéric Chopin se laisse porter par ses habiletés naturelles de pianiste et de compositeur dès l’âge de sept ans en composant des polonaises qui, aujourd’hui, sont reprises par des étudiants de piano comme partie de leur formation. Ce rythme musical dansant né du folklore polonais au large spectre de modalités structurales est repris dans les bals des cours d’Europe depuis la Renaissance.

Depuis 1817, Frédéric Chopin présente des concerts, alors qu’il est encore enfant. Il réside alors à Varsovie où il reste jusqu’en 1828, poursuivant ses études de piano au lycée, puis au Conservatoire de Varsovie. Aimé et admiré des Varsoviens, il vit avec l’aristocratie de depuis 1815, dans l’entourage du roi de Pologne, Alexandre 1er de Russie depuis que le contexte politique polonais a changé après les défaites la Grande Armée française et la réinstallation de Louis XVIII sur le trône. Ces évènements mettent fin au duché de Varsovie lié à la France. Alexandre devient roi de Pologne suite au Congrès de Vienne en 1815 qui détermine les nouvelles frontières de l’Europe. Cela se produit sans détriment pour la culture et les arts polonais, admirés et supportés par les classes dominantes.

Fréderic Chopin continue à composer et à présenter ses compositions en concerts dans des palais et des théâtres de Varsovie tout en faisant ses études au lycée et au Conservatoire de musique sous la tutelle de Václav Würfel, pianiste bohémien virtuose qui enseigne au Conservatoire de musique. Il lui enseigne les possibilités des harmonies jouées à l’orgue. Son autre tuteur est Joseph Elsner, compositeur et directeur du Conservatoire dont l’expertise est la théorie musicale. C’est avec lui que Chopin étudie les écrits du compositeur Jean-Sébastien Bach. Chopin étudie en profondeur son œuvre Le Clavier bien tempéré, un des traités majeurs de la musique classique, dans lequel Bach expose ses analyses des gammes chromatiques, des douze demi-tons et de leurs harmoniques. Le tout est présenté dans des préludes et des fugues.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages