L'envol de la musique classique dans le romantisme_13

 Le livret de l’opéra Le Barbier de Séville, dont la musique est composée par Gioacchino Rossini en 1816 pour le théâtre Argentina à Rome, est rédigé par Cesare Sterbini. Ce livret qui est construit sur un thème développé par le dramaturge et philosophe français Pierre-Austin Caron de Beaumarchais dans sa trilogie Le roman de la famille Almaviva. « Le barbier de Séville ou la Précaution inutile » constitue la première partie du roman. C’est une comédie en trois actes composée à Paris en 1775. On y détaille les ruses inventées par le personnage principal, Figaro (ex-valet du comte Almaviva), pour aider le comte à marier Rosine, élève convoitée par son tuteur, Bartholo. Cette comédie est écrite dans le contexte prérévolutionnaire français. Beaumarchais est le fondateur de la législation sur les droits d’auteurs qui permet aux auteurs de musique, plutôt qu’à leurs mécènes ou à leurs commanditaires, de percevoir des redevances sur la représentation de leurs œuvres. Dans ses dialogues, Figaro fait la satire des pouvoirs et des contrôles sociaux, tels que l’aristocratie et la théocratie. Dans l’une de ces satires apparait le terme « République de lettres » qui désigne les productions des intellectuels qui, depuis la Renaissance, interagissent hors des frontières sociopolitiques dans une perspective humaniste.

Après la présentation du Barbier de Séville à Rome, Gioacchino Rossini retourne à Naples pour continuer de composer des opéras pour le Teatro di San Carlo. Parmi les meilleures cantatrices de ce théâtre se trouve Isabella Angela Cobran. Née à Madrid, elle fait des études à Paris avant d’être engagée par le Teatro di San Carlo comme primadonna (première dame). Ce titre est donné aux meilleures sopranos qui deviennent cantatrices principales des compagnies d’opéra. C’est pour elle que Gioacchino Rossini compose Élisabeth reine d’Angleterre, opéra en deux actes dont le livret est écrit par Giovanni Schmidt. Il est présenté au Teatro di San Carlo en Octobre 1815 et à Londres en avril 1818. En 1822 Isabella Angela Cobran devient épouse et muse de Rossini et l’accompagne à Paris.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages