L'envol de la musique classique dans le romantisme_11

 Gioacchino Rossini a 12 ans lorsqu’il compose, à Ravenne, Sei sonate a quattro, six sonates dans lesquelles il montre l’ampleur de ses connaissances en composition musicale et la joie de son inspiration. Chacune des sonates est structurée en trois mouvements composés en contrepoints pour deux violons, un violoncelle et une contrebasse.
Deux années plus tard, il est admis dans l’Académie musicale de l’université de Bologne (première université d’Europe) où il découvre les écrits des grands compositeurs de l’époque, et les méthodes d’écriture avancées, telle que les crescendos que l’école de Mannheim avait popularisés.

Dans ce contexte, en 1806, il fait la connaissance de Domenico Mombelli, un des grands ténors de Bologne, et à sa sœur Vincenzina Vigano-Mombelli. Vicenzina est écrivaine et avait rédigé un drame qu’elle souhaitait voir interprété par son frère. Ils proposent alors à Gioacchino Rossini d’écrire la musique pendant que Vincenzina adapte le drame en livret d’opéra. De cette collaboration émerge Demetrio e Polibio, un drame chanté en deux actes. Ce genre musical se caractérise par son introduction à la façon d’une courte symphonie, suivie par une mélodie chantée, accompagnée par un orchestre d’instruments à cordes frottées. Cette œuvre et l’aria de 1808 Il pianto d’Armonia sulla morte di orfeo (le pleur de l’harmonie pour la morte d’Orphée), qui est également une œuvre musicale dramatique, constituent le fondement de la nouvelle orientation que Rossini donne à sa carrière : il se consacrera à la composition d’opéras. L’origine de ce genre musical remonte aux années 1580, dans les thèses de la Camerata florentine où l’on relie la poésie lyrique à la musique.

Sa décision est aussi motivée par une compréhension de ses habiletés inspirées par les spectacles présentés par ses parents depuis qu’il était enfant. Dans ces soirées, la musique était mélangée à la comédie. Ce ce qui lui insuffle le gout de composer de la musique pour accompagner le geste, la parole et les émotions. En 1810 il déménage à Venise, ville phare des arts de la comédie et des opéras. C’est à partir de ce moment qu’il prend contact avec des auteurs mordus par l’écriture des livrets et qu’il se dédie tout en entier à la composition d’opéras.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.