L'éditorial du 10 juillet 2020

L’attitude du ministre de l’Éducation dans l’épineux dossier des admissions scolaires donne de l'espoir. R. J. Simpson semble déterminé à mettre fin aux querelles byzantines qui opposent son ministère à la Commission scolaire francophone des TNO.
L’inflexibilité de ses prédécesseurs a longtemps donné l’impression d'un gouvernement territorial cherchant activement à limiter l’accès des Ténois aux programmes d’éducation en français langue première. L’argument souvent invoqué selon lequel ce serait pour assurer la qualité de l’éducation en français qu’on refuse obstinément l’inscription d’élèves parfaitement adaptés au cadre scolaire francophone étonne par sa mauvaise foi.
Or, aujourd'hui le ministre se dit d’accord d’emblée avec les deux principales requêtes de la CSFTNO : la création d’une catégorie d’admission pour les francophiles et l’administration des inscriptions par la commission scolaire. C’est de bon augure.
Il serait cependant naïf d’abaisser trop tôt sa garde. Dans le passé, les branches d’olivier tendues du GTNO se sont parfois transformées en cobras. Il y a un an à peine, l'été débutait avec la promesse de reconsidérer les admissions rejetées et se soldait par de nouveaux refus et des procédures d'appel.
Cette fois, on veut créer un règlement au terme de consultations qu'on annonce expéditives. Il est à prévoir que la définition de « francophile » du gouvernement soit plus stricte que celle envisagée par la CSFTNO.
Si, au final, la commission scolaire se retrouve administratrice d’un règlement qui l’empêche toujours d’intégrer les familles ténoises qui se reconaissent dans la culture francophone, ce sera bonnet blanc et blanc bonnet.
La promesse de présenter un règlement qui ne soit pas plus contraignant que la défunte directive ne suffit pas. Le nouveau règlement doit favoriser l'accueil des élèves et l'autonomie de la commission scolaire, et garantir l'épanouissement de la communauté.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561