Transports : L’école de l’eau

18 octobre 2018
Le capitaine Randy Pittman devant un système de simulation du Centre de formation maritime de Hay River. (Crédit photo: Denis Lord)

Le capitaine Randy Pittman devant un système de simulation du Centre de formation maritime de Hay River. (Crédit photo: Denis Lord)

 À Hay River, on forme désormais marins et pêcheurs.

Nanti d’un matériel de simulation sophistiqué très rare au Canada, le Centre de formation maritime forme gratuitement ses étudiants aux métiers de l’eau.


Bien qu’il soit ouvert depuis mai, il a été officiellement inauguré le 13 octobre dernier par le chef de la réserve K’atlodeechee, Roy Fabian, le député fédéral des TNO Michael McLeod, et le ministre des Infrastructures des Territoires du Nord-Ouest, Wally Schumann.


Originaire de Fort Simpson, Joseph Horesay a commencé ses cours au Centre de formation marine le 1er octobre dernier. Il était charpentier auparavant. « J’étais fatigué de cogner sur des clous, dit-il, peut-être pas tant en farce que ça. On peut avoir une bonne paye en travaillant sur des bateaux et puis c’est un défi et j’aime les défis. »
M. Horesay prend une formation de 14 semaines pour devenir homme de pont. Dans un premier temps, il apprend le langage des signaux de navire, la lecture des cartes marines, etc. Une seconde phase commencera dans sept semaines, avec des cours sur la sécurité.


À la fin de sa formation, il aura un diplôme qui lui permettra de travailler partout dans le monde, mais ce qu’il veut, c’est rester aux TNO.

Un succès
Depuis l’ouverture du Centre en mai dernier, dans l’ancien bureau de Northern Transportation Company, 45 personnes ont reçu une formation, affirme Liz Cayen, directrice générale au Consortium de pêcheries et de formation marine du Nunavut. Cette dernière a reçu du fédéral le mandat de créer l’école à Hay River, plaque tournante du fret maritime aux TNO.


Dans le cadre du Plan de Protection des Océans, le Consortium a reçu 12,6 M$ d’Ottawa pour ses campus d’Iqaluit et de Hay River, détaille Michael McLeod, ajoutant qu’une subvention vise l’augmentation du nombre de femmes et d’autochtones dans le secteur maritime.


Pour les femmes, les résultats restent à venir, puisque quatre seulement à ce jour ont reçu une formation. La moyenne est nettement plus satisfaisante pour l’autre cible. « Environ 95 % des élèves sont autochtones à Hay River, estime le coordonnateur du Consortium, Randy Pittman, et à Inuvik, ça doit être 100 %. »


M. Pittman, qui est également capitaine de navire et qui a navigué un peu partout sur la planète, ajoute qu’au Nunavut, le taux de graduation est de 90 %. Étant donné le caractère international des formations, certifiées par Transport Canada, il n’est pas question pour l’instant qu’elles soient données en langues autochtones; le français pourrait être utilisé s’il y avait une demande en ce sens.


Selon M. Pittman, le Centre est un succès et les salles de classe sont pleines. Une des salles de simulation est équipée de trois gigantesques écrans et de différentes manettes. L’opérateur peut simuler la conduite de différents types de navires dans différents lieux et différentes conditions, vent, vagues, trafic, etc.Le matériel de cette salle de simulation vaut 500 000 $ dit Randy Pittman, et il n’y en a que six au Canada, ajoutant que la simulation offre une expérience plus complète qu’un stage.


Une carte 3D du fleuve Mackenzie conçue pour ces écrans de simulation est en cours de réalisation.

Formations
Le Centre de formation marine offre des formations de longueurs variables. Il y a une formation de base en sécurité, une formation en opérateur de petits navires également, qui a aussi été donnée à Tuktoyaktuk et sera bientôt donnée à Inuvik et Yellowknife. Dans le contexte où le GTNO veut revitaliser la pêche, ajoute Randy Pittman, le Centre a fait beaucoup de formation avec les pêcheurs locaux et anticipe de former des travailleurs pour une éventuelle usine de transformation de poisson, ce qu’il fait déjà au Nunavut.


« Des classes de maitre pour capitaine de bateaux de pêche commencent le 27 octobre, explique M. Pittman, il y a 10 personnes inscrites. »


On donne aussi des cours de navigation GPS et de fabrication de filet. Le personnel du Centre de formation a les qualifications pour accompagner ceux et celles qui veulent avancer dans le monde maritime, jusqu’à devenir capitaine de navire, pour former des gens au travail sur les chantiers maritimes.
Avant, il fallait aller dans le Sud pour de tels cours, souligne Randy Pittman. Ici, on fait des formations dans le Nord pour des gens du Nord. »

Demande
La demande de travailleurs dans le secteur marine a augmenté, affirme Michael McLeod. Il est vrai que le Plan de Protection des Océans, qui n’est pas si environnementaliste que ce que son nom laisse présumer, favorise l’emploi dans ce secteur, dans la garde côtière, le transport et la sécurité. Son budget est de 1,5 milliard de dollars. Selon un article du Journal de Montréal, le taux de placement à l’Institut maritime du Québec est actuellement de 100 % et les besoins de l’industrie ne sont pas encore comblés.


« Quand la marine a commencé aux TNO, a rappelé Roy Fabian, c’était notre peuple qui conduisait les remorqueurs. Les personnes n’avaient pas été à l’université, mais elles connaissaient la nature et faisaient un bon travail. Mais ce Centre va nous servir à tous, jusqu’à l’océan Arctique. C’est bon pour Hay River, mais aussi pour les gens dans la vallée. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages