Folk On The Rocks : Impressions

La scène principale du festival. (Croquis : Christiane Jaillet)

La scène principale du festival. (Croquis : Christiane Jaillet)

 

L’auteur-compositeur-interprète William Prince, gagnant du prix JUNO 2017 de l’album contemporain/roots pour Earthly Days, n’a eu que des commentaires positifs à partager à propos de son passage à Yellowknife et à FOTR : « Tu sais, les gens cherchent des différences, mais avoir de la constance et être un autre bon festival, c’est tout ce que tu demandes et ce que tu recherches lorsque tu vas quelque part. Donc, FOTR est vraiment là-haut avec n’importe quel autre endroit où je suis allé sur le plan de l’hospitalité et de l’accueil et des bénévoles et de tous ceux qui l’ont mis sur pied. C’est une équipe absolument merveilleuse, donc j’ai passé un bon moment ! […] C’est ma première fois à Yellowknife et les spectacles étaient géniaux et la foule était de rêve. Je sens que Yellowknife a eu le meilleur de moi. C’est vraiment un endroit merveilleux et j’ai profité de chaque instant, alors merci de m’avoir reçu. »

Rosanna Burrill du groupe Hillsburn a elle aussi été satisfaite : « Chaque festival où nous avons joué où tout roulait bien, ressort dans nos souvenirs, et celui-ci, on s’en souviendra comme étant un festival qui s’est très bien déroulé. Ils s’occupent si bien de nous et tout est organisé d’avance, ce qui compte pour beaucoup quand tu viens d’ailleurs et que tu ne connais pas l’endroit, et juste le fait d’avoir des gens qui s’occupent de toi et qui s’assurent que tu as ce qu’il faut, ça vaut tout l’or du monde pour un musicien. »

De son côté, le duo Twin Peaks a été enjoué : « C’est notre première fois à Yellowknife et on passe le meilleur des moments. FOTR a été si bon envers nous et on s’amuse vraiment », de dire Lindsey Pratt. « La programmation est si bonne ! Tellement de dames talentueuses, beaucoup de talent féminin !”, a insisté Naomi Shore.

Peu de temps avant son spectacle de dimanche, la Ténoise Carmen Braden a partagé ses pensées : « C’est génial jusqu’à présent ! La météo a été bonne, la musique est fantastique, j’ai hâte de jouer dans quelques heures, c’est bien, tout est bien. J’aime beaucoup Folk On The Rocks, merci beaucoup, à l’année prochaine ! »

Pour ce qui en est d’Étienne Girard et Adrian Burrill de la formation Yukonnaise Major Funk and the Employment, ils ont avoué avoir été très bien traités : « Traitement royal ! Les bénévoles et le monde de l’organisation sont incroyables ! », a attesté Adrian Burrill. « On est trop choyés ! », d’ajouter Étienne Girard. Les deux musiciens, qui sont venus pour la première fois aux TNO n’ont eu qu’un court message à vraiment transmettre : « Yellowknife ! On vous aime ! »

Quant au régisseur de scène pour la tête d’affiche Stars, il a louangé les coulisses du festival FOTR : « C’est de loin un des plus beaux backstages que j’ai vu. Pour l’instant, la barre est assez haute pour les autres festivals qui s’en viennent. Moi, je serais content de revenir ici l’année prochaine. N’importe quand ! » Le francophone a également été étonné de rencontrer des francophones aux Territoires du Nord-Ouest : « C’était ma première fois à Yellowknife. J’aime beaucoup la place. Je suis vraiment fier qu’il y ait une communauté francophone à Yellowknife. Je suis vraiment surpris ! Faut propager le français. C’est important. »

« À propos de la programmation, je crois que c’est très important de voir l’inclusion au niveau de la diversité. Il y a des jeunes qui vont regarder ceux qui sont sur les scènes et c’est très significatif, pas uniquement pour les jeunes filles, mais pour tous les autres capables de voir que toute sorte de personnes devraient être sur la scène. On devrait avoir un mélange de personnes », a avancé Avery Zingel, une compositrice-interprète présentée par l’organisme NWT Creative Collective.

Carly Bradley, la directrice du Festival a été agréablement surprise par un spectacle : « J’ai vu plusieurs belles choses qui se sont déroulées au courant de la fin de semaine. Le spectacle de marionnettes pour enfants, qui a eu lieu dans la zone pour enfants [Little Folkers], portait sur les animaux et la conservation de l’environnement. La troupe venait d’Ottawa et en fait, ça m’a époustouflée, c’était très cool, et les chansons et les habiletés des marionnettistes étaient vraiment fantastiques, j’étais vraiment surprise d’aimer ça autant puisque c’était un spectacle pour enfants ! »

« C’est plutôt bon. Je suis en train de déguster une poutine. […] J’ai perdu mon ami l’année dernière, et je venais toujours avec lui à FOTR. Ça fait un an, mais je le garde dans mon cœur », a partagé un membre des Yellowknives Dene Drummers.

The Courtneys ont également été ravies de leur passage à FOTR : « C’est super ! », a dit Classic Courtney, tandis que sa comparse Crazy Courtney a été plus explicite : « Nous avons fait plusieurs festivals, on a eu beaucoup d’expériences. Celui-ci coche toutes les cases jusqu’à présent. Je ne suis déçue d’aucune façon que ce soit et c’est vraiment cool pour moi d’être si loin dans le Nord. » Quant à la dernière, Cute Courtney a affirmé : « On reviendra ! Si vous nous voulez, nous serons de retour. »

Sur le site du festival à la table de L’allonge de Radio Taïga, Keith MacNeil, un ancien directeur de FOTR, a raconté comment il assistait au festival alors qu’il n’a plus de responsabilité. « À date, j’en profite ! Il est vrai que le festival a changé et grandit chaque année. Je ne peux pas cibler exactement un élément majeur qui a causé ce changement, car tout a changé, un peu comme dans une évolution, et le fait que vous êtes ici [Radio Taïga/L’Aquilon] et que Cabin Radio soit ici et qu’il y a beaucoup plus de participation de la part des diffuseurs, je pense que c’est fabuleux ! Il y a un intérêt continu de la part des artisans et des commerçants alimentaires, ce qui est génial. Il y a environ dix ans, lorsque j’étais sur le conseil d’administration, on se questionnait au sujet de la compétition entre la scène principale et le Beer garden en gardant la seconde scène ouverte plus tard, mais depuis, ils l’ont fait et ils ont fait du très bon travail. Le plus grand changement que j’ai vu, c’est que l’organisation s’est beaucoup améliorée. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages