Vie associative : Hay River se rapproche de Fort Smith

22 novembre 2018

Tous les postes sont en jeu au conseil d’administration.
 

L’assemblée générale annuelle de l’Association franco-culturelle de Hay River (AFCHR) se tiendra le vendredi 23 novembre à 19 h à son local, au 66 Woodland Drive.


On abordera notamment le rapprochement avec Fort Smith, qui n’a plus de représentation au sein de la Fédération franco-ténoise (FFT), dans ce qui pourrait devenir une Association francophone de l’Esclave Sud.


Un plan 2019-2022 pour faire des activités à Fort Smith sera présenté. Ce plan n’a encore reçu aucun financement.
Des citoyens de Fort Smith ont été invités à l’AGA, mais aucun n’a confirmé sa présence jusqu’à maintenant.


Cet essai d’alliance régionale s’inscrit dans un concept que l’actuelle présidente de l’AFCHR, Édith Vachon-Raymond, appelle « corridor ». Dans le même ordre d’idée, l’AFCHR a tenté l’an dernier de faire cause commune avec les associations francophones de Lac Labiche et de Rivière de la Paix, dans le nord de l’Alberta. « Nos essais ont été infructueux, mais je crois que c’était circonstanciel », avance Mme Vachon-Raymond.

Élections
Les cinq postes du conseil d’administration seront en jeu le 23 novembre. Il n’est actuellement formé que de trois membres, soit Richard Létourneau, Édith Vachon-Raymond et Louis-Nicolas Dolbec. Les deux premiers se présenteront à nouveau, mais Mme Vachon-Raymond ne dirait pas non à un peu de sang neuf à la présidence.
Sheilany Bouchard a quitté le CA en septembre dernier pour prendre le poste d’agent de développement communautaire de l’Association.

Lors de l’AGA, elle présentera d’ailleurs le projet porte-étendard, déjà entamé et concentré sur des activités culturelles : contes autochtones avec Manon Lacelle, ateliers de courts-métrages et discussion sur le cinéma, et, enfin, ateliers de musique.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.