S'abonner à Médias Ténois

Feux de forêt : une saison 2022 potentiellement chargée

Les feux à ciel ouverts sont présentement interdits dans certaines régions du territoire, incluant la municipalité de Yellowknife. (Crédit photo : Thomas Ethier)

Les feux à ciel ouverts sont présentement interdits dans certaines régions du territoire, incluant la municipalité de Yellowknife. (Crédit photo : Thomas Ethier)

La chaleur et les conditions sèches qui auront marqué le printemps 2022 pourraient laisser place à un été actif en matière de feux de forêt aux Territoires du Nord-Ouest, selon les autorités.

Thomas Ethier
IJL – Réseau.presse – L’Aquilon

Plus de 40 feux de forêt se sont déclarés aux TNO depuis le début de la saison 2022. Bien que la superficie atteinte se trouve actuellement bien en dessous de la moyenne des 10 dernières années, les conditions seraient en place pour un retour à la normale à travers le territoire, après une année 2021 pluvieuse, qui aura offert un certain répit aux équipes d’intervention.

En date du 22 juin, on comptait 28 feux actifs aux TNO, 8 d’entre eux ayant été repérés au cours de 48 heures précédentes. Plus de 40 feux ont été repérés jusqu’à présent, nombre qui surpasse la moyenne de 28 feux pour cette période de l’année. Toutefois, la superficie brulée en ce début d’été est d’environ 2000 hectares, soit beaucoup moins que la moyenne de 23 000 hectares brulés en cette période de l’année depuis 2012.

 

Chaleur et environnement sec

La chaleur et les conditions sèches observées autour du Grand lac des Esclaves en cette fin de printemps captent toutefois l’attention des autorités. « Nous entrons dans une saison de feux de forêt que je qualifierais de fidèles à la moyenne, avec un potentiel d’assèchement important et d’incendies extrêmes autour du Grand lac des Esclaves », a indiqué le directeur des opérations d’incendies, Richard Olsen, le 20 juin en conférence de presse.

« Certains secteurs dans la région du Dehcho, qui s’étendent vers des secteurs autour du Grand lac des Esclaves, démontrent un assèchement beaucoup plus élevé qu’au cours des dernières années », a ajouté l’expert. La plupart des feux actifs se trouveraient d’ailleurs dans ces secteurs. Au moment d’écrire ces lignes, selon M. Olsen, les feux actifs ne représentaient aucun risque pour les collectivités environnantes.

M. Olsen dit n’avoir observé jusqu’à présent aucun signe annonçant une sècheresse pour les prochaines semaines, qui serait susceptible de provoquer des feux d’intensité extrême. « Toutefois, si nous continuons à observer de grandes chaleurs et peu de précipitation au cours des prochaines semaines, tout incendie aura le potentiel de s’étendre », a-t-il prévenu.

En matière d’exposition à la fumée, il serait difficile d’émettre des prédictions pour les prochains jours selon M. Olsen, qui mentionne par ailleurs la présence de feux de forêt « relativement imposants » au nord de l’Alberta et de la Colombie-Britannique ainsi qu’au Yukon, susceptible d’enfumer certaines collectivités des TNO. La fumée aurait déjà atteint Fort Smith, Fort Resolution et la région d’Inuvik.

À l’heure actuelle, les 33 équipes de lutte aux feux de forêt dispersées à travers le territoire seraient pratiquement toutes complètes et prêtes à intervenir, selon Richard Olsen. Le territoire dispose pour cette saison de cinq flottes d’avions-citernes et de cinq hélicoptères pour combattre les feux, avec la possibilité d’obtenir des ressources additionnelles au besoin.

Les résidents sont appelés à respecter les interdictions de feux ouverts extérieurs dans les régions visées – incluant Yellowknife – et à porter une attention particulière à leurs feux de camp, là où l’activité est permise.

Les personnes habitant des secteurs forestiers sont priées de limiter la présence de matériaux inflammables autour de leurs habitations, en y éloignant toutes branches et matériaux de bois, en émondant certains arbres si nécessaires, ou en tondant leur pelouse.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.