Femmes autochtones et santé : toujours d’actualité

Le 8 mars, aux quatre coins du globe, les femmes revendiquent le droit à l’égalité, à la sécurité et à la santé.

Le droit à une existence juste. Cette année, le slogan de la Journée internationale des femmes est « Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement ». La thématique s’articule autour d’une réflexion sur les pistes de solution quant à l’égalité des sexes, à l’autonomisation des femmes – essentielle pour le développement durable – et à l’accès à des services publics et sociaux. Mais tout cela n’est-il pas vain si la sécurité et la santé des femmes sont compromises ?


Selon le rapport de l’OMS de 2017, une femme sur trois dans le monde indique avoir été exposée à des violences physiques et sexuelles. En 2019, au Canada, n’est-il pas inadmissible que les femmes autochtones soient douze fois plus susceptibles d’être victimes de violence que les femmes non autochtones ?


Indignée de la violence envers les femmes autochtones, je garde espoir de changement en voyant des initiatives autochtones en matière de santé sexuelle et reproductive, notamment celle de la communauté de Wetaskiwin, en Alberta, où des Ainées « adoptent » de jeunes mères adolescentes pour leur apporter un soutien culturellement approprié durant leur grossesse. Je salue haut et fort la première formation d’accompagnante à la naissance autochtone (Indigenous Doula training) des TNO ayant eu lieu à Fort Smith en février 2019. Je soutiens le retour des naissances dans les communautés et la capacité des femmes et des familles à faire des choix éclairés. Je remercie toutes les femmes et les familles autochtones desquelles j’apprends tous les jours, et ce, en toute humilité.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages