Aventures : En ski jusqu’à Tuk

13 décembre 2018
 Paxkal Elgart et Xiril Alvarez, en visite à l’Association franco-culturelle de Yellowknife. (Crédit photo : Denis Lord)

Paxkal Elgart et Xiril Alvarez, en visite à l’Association franco-culturelle de Yellowknife. (Crédit photo : Denis Lord)

Deux sportifs basques à la rencontre de l’Arctique et de ses peuples.

Depuis ce jeudi 13 décembre, Xiril Alvarez et Paxkal Elgart sont, en raquettes ou en skis, en route vers Whati, première étape d’un audacieux périple qui doit les mener jusqu’à Tuktoyaktuk. 1700 kilomètres : un défi sportif, mais aussi une rencontre avec des peuples autochtones peut-être pas si éloignés ni différents d’eux, en dernière analyse.

Xiril Alvarez et Paxkal Elgart sont originaires du Pays basque français et se sont d’ailleurs rencontrés voilà près de 20 ans par le biais de leur intérêt pour la revitalisation de la langue basque. Celle-ci, l’euskara n’est lié à aucune autre langue d’Europe et est menacé de disparition.


« Dans 99 % des cas, explique Paxkal Elgart qui le parle couramment tout comme Xiril, la transmission linguistique ne s’opère pas par la famille, mais par les écoles, qui sont très actives, très militantes. »


« Il y a eu une grosse perte jusqu’à récemment, ajoute Xiril Alvarez. Les chiffres des différents instituts de sondage commencent à marquer un arrêt de la régression, mais elle [la langue basque] reste fragile. »


L’euskara a le statut de langue officielle en Espagne, où se situe la majorité de ses locuteurs, mais pas en France, déplore Xiril Alvarez, alors que ce pays se revendique comme étant le berceau des Droits de l’homme.


« Nous essayons de tout mettre en œuvre pour que progressivement ce combat soit entendu, ajoute-t-il. »

Ruralité internationale
Paxkal Elgart et Xiril Alvarez viennent tous les deux d’un milieu rural qui s’associe très étroitement à leur langue dans leur démarche identitaire. La rencontre de cultures qui sont elles aussi « pétries d’un rapport à la terre, de cultures qui tendent à disparaitre » fait partie de leur objectif dans leur expédition. Ils espèrent donc fraterniser avec les Dénés et les Inuvialuits.


En 2004, les deux sportifs ont voyagé en Himalaya, côté Népal et côté Tibet. « Nous avons fait de belles rencontres avec des habitants de différents villages, de différentes langues et cultures, raconte Xiril Alvarez. C’est ce qui me plait aussi, vivre la vie simple des habitants, donner un coup de main, vivre le quotidien, faire le parallèle avec ce qu’on a chez nous au Pays basque. »

Le froid
Avec ce périple Yellowknife-Tuktoyaktuk, ce sera la première fois que Xiril Alvarez et Paxkal Elgart affrontent le froid. Ils n’en ont pas moins fait des expéditions hors de l’ordinaire jusqu’à maintenant.


Course, vélo et natation entre autres, les deux Basques sont amateurs de disciplines de plein air axées sur la longue distance et l’endurance.


Parmi différents exploits qu’ils ont accomplis, mentionnons ce périple de 2014, où les deux athlètes ont atteint à pied, avec de lourds chargements, la rivière Selenge dans le nord de la Mongolie, pour ensuite descendre cette rivière, traverser le lac Baïkal et rejoindre la Vitim, en Sibérie, en suivant la Kirenga et la Lena.


En solo, Paxkal Elgart a nagé 180 kilomètres dans l’Atlantique pour relier Bilbao à Bayonne.


Ces expéditions avaient rarement lieu l’hiver. « Ça nous trottait dans la tête cette immersion dans le froid et dans les grands espaces du Grand Nord », explique Paxkal Elgart, qui veut « découvrir le froid et comment on peut s’y adapter sous tous les plans : alimentaire, hygiène, température du corps, comment on s’habille pour de l’effort, le repos... ».

Pulkas
Paxkal et Xiril ont attendu pour quitter Yellowknife de recevoir une partie de leur matériel, égaré pour un temps dans les transports. Entre autres, leurs pulkas, des traineaux longs d’un mètre soixante-dix avec une bâche, qui leur servira à transporter leur matériel.


De Bechoko, ils comptent relier Gameti puis se diriger vers le Grand lac de l’Ours, et de là, passer par Kugluktuk au Nunavut et rejoindre Tuktoyaktuk via Paulatuk : 1700 kilomètres qu’ils comptent faire en quatre ou cinq mois, en tout cas d’ici la date butoir du 15 avril.


Ils souhaitent qu’il y ait suffisamment de neige pour utiliser au maximum leurs skis de fond. Au moment d’écrire ces lignes, ils ne planifiaient pas apporter de fusil.


« On compte s’arrêter tous les soirs au bivouac après un effort de huit à dix heures, explique Paxkal, en fonction de la luminosité. Nous ne savons pas du tout à quel rythme nous avancerons. Nous n’avons pas d’objectif particulier à atteindre, le seul but c’est la sécurité, de nous adapter en permanence au climat, à notre forme. »


Il estime qu’il faudra de cinq à six heures quotidiennement pour monter et démonter leur campement.


À leur retour au Pays basque, Xiril Alvarez et Paxkal Elgart présenteront leur aventure aux élèves du collège de Bidarray (Pyrénées-Atlantiques) auxquels ils se sont associés. Ils feront aussi un reportage pour Kanaldude, la télévision basque qui diffuse toutes ses productions en euskara.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages