Énergies : Des marchés en moins

22 novembre 2018
Le ministre ténois de l'Industrie, Tourisme et Investissement, Wally Schumann, le ministre de l'Infrastructure du Canada, François-Philippe Champagne, 
et le ministre des Finances des TNO, Robert C. McLeod. (Crédit photo : Denis Lord)

Le ministre ténois de l'Industrie, Tourisme et Investissement, Wally Schumann, le ministre de l'Infrastructure du Canada, François-Philippe Champagne, et le ministre des Finances des TNO, Robert C. McLeod. (Crédit photo : Denis Lord)

Le Manitoba et la Saskatchewan signent un important contrat sur la vente d’hydroélectricité.
 

La vente d’hydroélectricité à l’Alberta et à la Saskatchewan, sur laquelle le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest compte beaucoup pour rentabiliser son projet d’agrandissement de la centrale hydroélectrique Taltson, semble fortement compromise.


Le 29 octobre, Manitoba Hydro a annoncé la signature d’une lettre d’intention pour la vente de 215 mégawatts à la Saskatchewan à partir de 2022. Selon le communiqué émis par la société d’État, l’entente sera valide pour un minimum de 18 ans, avec le potentiel d’être reconduite pour 12 années supplémentaires.


Manitoba Hydro possède de surcroit deux autres ententes avec SaskPower, société d’État de la Saskatchewan, pour la fourniture d’hydroélectricité. L’une de celles-ci commence en 2020 et porte sur la vente de 100 mégawatts.

Du côté de l’Alberta
Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO) était représenté sur une table de concertation de la région de l’ouest du Canada appelée l’Initiative de collaboration régionale et d’infrastructure stratégique de l’électricité (RECSI).
Son principal objectif était d’évaluer et de comparer des projets d’infrastructure électrique dans les provinces de l’Ouest en se basant sur leurs couts, leur impact de la réduction des gaz à effet de serre et leur capacité à soutenir la transition à une forme d’énergie plus durable.


Le rapport final de la table, provenant de la firme GE Energy Consulting, a été rendu public en aout dernier. Selon ses auteurs, connecter le réseau Taltson à celui de l’Alberta pour une exportation de 820 gigawattheures n’est pas viable économiquement.


« La conclusion du rapport n’était pas nécessairement que ça serait inutile, précise le conseiller en politiques du ministère des Ressources naturelles du Canada Bradley Little. C’était que ça ne serait pas économique en se basant uniquement sur la vente d’hydroélectricité à l’Alberta. L’étude indique que l’Alberta achèterait de l’énergie de ce projet, mais elle serait très dispendieuse. Les ventes à l’Alberta ne seraient pas suffisantes pour garantir ce projet. [...] Le marché de l’Alberta est assez gros, mais les TNO ne pourraient faire concurrence à d’autres génératrices en Alberta. »

Malgré cette observation, M. Little précise que le projet n’évaluait pas la compétitivité des projets de centrales hydroélectriques (Site C, Keeyask, etc.) ni un partage éventuel des marchés de l’Ouest. La capacité de Taltson ou d’autres infrastructures électriques à appuyer le développement de mines n’a pas été non plus étudiée. Mais le projet a évalué de nouvelles lignes de transmission entre les provinces.

Au fédéral
La RECSI regroupait aussi des représentants des gouvernements de la Colombie-Britannique, du Manitoba, du ministère des Ressources naturelles du Canada, de la Saskpower et de l’Alberta Electric System Operator (industrie et gouvernement albertains). La durée prévue de cette table était d’un an et demi.

Réactions
La Société d’énergie des Territoires du Nord-Ouest et le GTNO ont fait savoir qu’ils continuaient de croire qu’une connexion des réseaux du Nord et du Sud peut être bénéfique pour les Ténois et pour les gens du Sud, qui pourraient ainsi bénéficier d’une énergie sans excédent de carbone.


Le ministre de l’Infrastructure du Canada François-Philippe Champagne était aux Territoires du Nord-Ouest à la mi-novembre. Il a mentionné avoir des conversations avec son homologue ténois, Wally Schumann et avec le député fédéral des TNO, Michael McLeod, sur l’expansion de la centrale Taltson.

« Nous avons plusieurs outils dans notre boite, a-t-il dit, dont un est la Banque d’infrastructures. Ça me tient à cœur de sortir les collectivités du Nord du diésel. Avec mes collègues, nous allons regarder comment nous pouvons nous associer pour ce projet. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages