De jardin d’hiver à château ouvert

La sculpteure Vincent Van Snow, Niki Mackenzie, crée des plantes préhistoriques qui se fondent dans la thématique des dinosaures.

La sculpteure Vincent Van Snow, Niki Mackenzie, crée des plantes préhistoriques qui se fondent dans la thématique des dinosaures.

Rebaptisé « Snowbuddy », le festival Snowking s’adapte au « méchant M. Covid » et, même sans programmation, l’imposante structure de neige impressionnera petits et grands.

Les travaux se déroulent bien au jardin d’hiver Snowbuddy à Yellowknife, qui ouvrira ses portes le 2 mars.

« Snowbuddy » ? C’est un camarade du froid qui avait proposé un jardin gratuit, en ce temps de pandémie, au lieu du traditionnel château de neige du festival Snowking, qui en est à sa 26e édition.

« Mais le concept a évolué : la santé publique nous a demandé de contrôler le nombre de visiteurs, alors on aura finalement une enceinte fermée », dit Snowking, ou Anthony Foliot, l’un des fondateurs du festival, rencontré sur le chantier.

« Un invité indésirable, le méchant M. Covid, change des choses pour nous aussi », peut-on lire sur leur site Web. Parmi les changements : il n’y aura pas de spectacles ou d’activités culturelles, par exemple, afin de respecter les règles de santé publique. Aucun toit de neige ou en toile non plus, énumère l’un des artisans sur place, Joe Snow, Ryan McCord de son vrai nom.

Le château ne sera pas plus petit pour autant. Une équipe de sept artisans, dont certains sont charpentiers, l’érige depuis le 1er janvier et cinq sculpteurs l’enjolivent depuis peu. Ses murs s’étireront sur 30 mètres par 45 et s’élèvent à trois mètres. Il y aura deux glissades, très prisées par les familles, l’une pour les petits et l’autre pour les grands.

Comme la capacité du site sera restreinte, les organisateurs songent à mettre en place un système de réservation en ligne pour visiter. Le château ne sera ouvert que de midi à 17 h. « Il pourrait y avoir un cout d’entrée ou ce pourrait être grâce à un don, on va décider au prochain conseil d’administration », souligne Cameron Buddo, aussi connu comme Billy Joe Yellowsnow.

Dinosaures

Cette année, ce sont les dinosaures qui seront à l’honneur du festival. La sculpteure Vincent Van Snow (Niki Mackenzie) s’affairait d’ailleurs à créer un tricératops. « C’est le dinosaure préféré de mon neveu ! », lance-t-elle, en sciant la neige pour lui donner vie.

En remplacement de la compétition internationale de sculpture sur neige, dont ç’aurait été la 7e édition cette année, on propose, plutôt une compétition ouverte exclusivement aux sculpteurs d’ici. Les participants devront produire une œuvre à partir d’un cube de neige de 2,5 mètres de côté.

« Il devrait y avoir une dizaine d’équipes », estime Cameron Buddo. Ces artistes de la neige devront s’exécuter du 5 au 14 mars. Les œuvres seront évaluées le 14 mars par un jury constitué, entre autres, de la mairesse Rebecca Alty et du député Rylund Johnson.

Rappelons que la pandémie a forcé la fermeture prématurée du festival en mars 2020, alors qu’en 2019, un redoux avait immergé les fondations du château, contraignant aussi à abréger les festivités. Tous se croisent les doigts pour une édition 2021 sans encombre.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.