Corvée du printemps

Marie-Eve LaRocque s’est jointe à la corvée printanière après avoir compté, lors d’une marche d’une heure à Yellowknife, 70 masques jetables. «?Ça a été un déclencheur, je me suis dit que je devais faire ma part, dit-elle. Il y a plein de bénévoles partout, c’est encourageant.?»

Une autre participante venue aider Ecology North, Leanne Niziol, a dit être «?choquée?» de voir à quel point des gens jettent encore leurs déchets n’importe où.

Marie-Eve LaRocque s’est jointe à la corvée printanière après avoir compté, lors d’une marche d’une heure à Yellowknife, 70 masques jetables. «?Ça a été un déclencheur, je me suis dit que je devais faire ma part, dit-elle. Il y a plein de bénévoles partout, c’est encourageant.?» Une autre participante venue aider Ecology North, Leanne Niziol, a dit être «?choquée?» de voir à quel point des gens jettent encore leurs déchets n’importe où.

Texte et photos, Marie-Soleil Desautels

Quelque 54 groupes communautaires ont pris part au ménage du printemps à Yellowknife la semaine dernière. Chacun avait une ou quelques-unes des 57 zones de la ville à nettoyer. La municipalité offre en échange 600 $ par zone, que les organismes sans but lucratif ou les écoles peuvent ensuite utiliser pour financer leurs activités. Afin d’accomplir leur mission, les groupes recrutent des bénévoles.

« Le ménage printanier annuel de Yellowknife a lieu depuis le milieu des années 1980. Habituellement, entre 40 et 50 groupes participent et chacun compte entre 10 et 20 bénévoles », écrit par courriel la conseillère en communications à la ville de Yellowknife, Alison Harrower.

Le Collège nordique francophone, l’Association franco-culturelle de Yellowknife, la communauté pour les ainés AVENS, l’organisme Ecology North ou le club de frisbee de Yellowknife ne sont que quelques-uns des groupes qui se sont joints à l’effort collectif.

Alison Harrower estime que 600 bénévoles ont participé cette année, nettoyant quartiers résidentiels, zones industrielles, parcs, sentiers, rues et ruelles.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.