Sur les ondes : Aux jardins de la musique classiques _ 4


Au XVe siècle (Quattrocento en Italie), les ballets de cour n’étaient pas encore des danses structurées sur des pas et gestes codifiés pour représenter des œuvres musicales comme celles qui commencent à se créer au XVIe siècle.
Celles qui sont appelées ballet de cour au début de la Renaissance sont des danses de cour. Danses performées dans les châteaux et palais des rois, des nobles, et de riches commerçants, elles sont des adaptations des danses villageoises, mais avec des pas et des gestes que les participants doivent connaitre.


Les danses de cour les plus connues de cette époque sont les caroles, les estampies, la basse danse, la haute danse, la saltarelle et la tresque. Ces danses sont dansées lors des cérémonies importantes et sont enseignées à l’intérieur des châteaux et des palais, donc font partie intégrante de l’éducation de leurs résidents.


Parmi les instruments musicaux joués par les musiciens de cour on retrouve : des flutes traversières et à bec, faites en bois; des cors de chamois et des cornemuses (des instruments à vent); des luths, dulcimers, psaltérions, harpes et mandores (instruments à cordes pincées), et la vielle à roue, instrument à cordes qui mélange le frottement et le pincement.


Les premiers textes qui expliquent les danses de cour viennent des maitres de danse des palais situés dans la péninsule italienne. Parmi eux, Domenico da Piacenza émerge en 1450 comme auteur du premier livre sur la danse : De arte saltandi choreas ducenti, livre dans lequel il commence par une discussion sur l’œuvre d’Aristote : L’esthétique (œuvre qui parle de l’Art, écrite dans l’antiquité grecque).


Dans son analyse, il explique les pas sur lesquels la basse danse doit être dansée. Il écrit aussi des chorégraphies pour les mariages de Nicolas III d’Este, ou d’Ippolita Maria Sforza avec Alfonso II, membres de la famille Sforza qui gouverne le duché de Milan. Les travaux de Domenico de la Piacenza et de deux de ses élèves : Antonio Cornazzano (poète) et Guillaume le Juif (danseur et auteur du livre Trattato dell'Arte del ballo) se répandent vers les cours de l’Europe et deviennent le canon des danses de cour.

L’auteur anime Trésor de la musique classique à 21 h,
les dimanches et mercredis sur CIVR 103,5 FM et Radiotaiga.com.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages