Aux jardins de la musique classique _ 10

22 novembre 2018

Vers la fin du XVIe siècle, en Florence, les analyses et conclusions que les membres de la Camerata florentina adoptent sur l’état de la musique écrite fonctionnent comme un prisme polarisant les courants intellectuels.

Trois axes historiques principaux s’en dégagent : celui de la religion catholique, celui de l’écriture polyphonique et celui du développement de l’humanisme.


L’histoire de la religion catholique commence avec les réunions des groupes de croyants au début de notre ère sous la persécution des Romains, mais elle s’organise et exerce un pouvoir de domination sur la pensée libre depuis que l’empereur Constantin l’adopte comme religion officielle de l’Empire romain. Force dominante qui opère durant tout le Moyen Âge sur les activités artistiques et éducatives publiques, les spectacles publics sont interdits et surtout ceux de la pantomime. L’histoire de la musique écrite qui avait commencé en Mésopotamie et dans la Grèce antique avait été récupérée par les monastères catholiques dans lesquels Guido d’Arezzo a propulsé son développement.

L’Humanisme émerge aux débuts de la Renaissance et amène l’attention intellectuelle vers l’importance de comprendre et d’étudier les acquis de l’humanité sous l’ombrelle du rationalisme et de l’empirisme, notamment. Il y a un retour aux analyses philologiques des œuvres capitales des auteurs de la Grèce et de la Rome antique. Parmi celles-ci, les œuvres d’Homère, d’Hésiode, d’Ovide, d’Horace et de Virgile sont étudiées, et leurs descriptions mythologiques illuminent l’imaginaire des discours intellectuels.


Les membres de la Camerata florentina mettent en relief des problèmes relevés de la polyphonie, notamment la diversité des voix superposées qui éclipsaient la signification de la parole. La beauté de la parole chantée, l’expression et la production des émotions, étaient pour eux éclipsés par la sonorité des chants polyphoniques. Il y avait le besoin de recréer la monodie en la combinant avec des récitatifs comme mélodie et de réduire l’harmonie à quelques instruments. Une reprise de la musique avant l’hégémonie catholique…


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages