Musique : Aux jardins de la musique classique #6

 

Vers la fin du XVe Siècle et le début du XVIe, les deux axes de développement de la musique écrite — celle des chansons religieuses catholiques et byzantines, et celle des chansons et des danses de cour d’Europe — progressent en relation aux développements cognitifs, artistiques et sociopolitiques des royaumes d’Espagne, de France, et des duchés du Saint-Empire romain germanique.


C’est depuis le duché de Bourgogne que la musique dite de l’école franco-flamande rayonne en Europe. Le duché réunit les régions de l’Artois, du Brabant, de Flandre, du Hainaut, de la Hollande, et des territoires néerlandais. Durant la plus grande partie du XVe siècle, le duché de Bourgogne était sous le protectorat du Saint-Empire romain germanique, période durant laquelle la maison capétienne des Valois avait décidé de ne pas participer à la guerre de Cent Ans comme alliée de la couronne française en lutte avec l’Angleterre.


C’est dans ce contexte que l’école franco-flamande prend forme dans l’école de Bourgogne, où s’illustrent parmi d’autres Guillaume Dufay et Gilles Binchois, révise les écrits et commence à développer la polyphonie vocale. Elle innove en intégrant des tierces et de sixtes dans un système qui, jusque-là, n’utilisait que les quartes, quintes et octaves.


L’école franco-flamande se distingue par l’introduction des chansons transmises dans les traditions des trouvères et des troubadours dans l’univers de la polyphonie vocale écrite vers la fin du XVe siècle et le début du XVIe siècle.


Le légendaire compositeur et chanteur Josquin des Près essaimera les notes franco-flamandes au cœur du continent. Dans son enfance, il fait partie du chœur de l’église de San Quentin, ce qui lui permet de devenir chanteur de chapelle de l’église de Milan (charge qui impliquait aussi l’éducation des choristes). À cet endroit, il rencontre Léonard de Vinci qui s’intéressait aussi à la musique, ainsi que l’humaniste renommé Desiderious Erasmus. Sa carrière l’amène ensuite à Rome où il fait partie du chœur de la chapelle Sixtine, puis en France où il entre au service de Louis XII.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages