Au rayonnement de la musique classique_27

17 décembre 2020

 La présentation de la Symphonie no7 et le Wellington Sieg à l’Université de Vienne le 8 décembre 1813, marque un autre succès pour Ludwig Van Beethoven, qui sera suivi par la présentation de sa Symphonie no 8 qu’il avait commencé à composer à Teplitz. Une deuxième présentation de la symphonie no7 et la première de la symphonie no 8 a lieu le 27 février 1814 dans le palais la Hofbourg de Vienne qui, depuis 1806, est le palais du gouvernement de l’Empire de l’Autriche. Ce palais, qui avait été construit et envahi par la dynastie des Habsbourg, et instauré comme palais gouvernemental du Saint-Empire, devient le palais du gouvernement de l’empire d’Austral lorsque Vienne tombe sous l’armée de Napoléon Ier. Deux années âpres où Napoléon Ier est sacré empereur des Français à la cathédrale de Notre-Dame de Paris, le 6 aout 1806, et où François II, empereur du Saint-Empire se voit obligé de déposer sa couronne. Cet acte symbolise la disparition du Saint-Empire romain germanique, et le palais de la Hofbourg devient le palais du gouvernement de l’Empire de l’Autriche.

La première de la Symphonie no 8 au palais de la Hofbourg (dirigée par Beethoven) marque aussi le début d’une période existentielle difficile pour Ludwig. Il est affecté par une augmentation de sa surdité et par des problèmes familiaux causés par le décès de son frère. Néanmoins, grâce à ses capacités créatives et de composition, il continue à produire plusieurs œuvres, dont la Symphonie no 9, laquelle rayonne dans l’univers acoustique de l’audience, qui écoute la première symphonie, dont le quatrième mouvement est interprété par une chorale. Elle est présentée et dirigée par Beethoven le 7 mai 1824 au théâtre Karntnerton de Vienne. Plusieurs des phrases musicales qui la composent présentent des parties de compositions précédentes dans une manière de synthèse de vie. La partie vocale reprend le poème Ode à la joie, composée par Johan Christoph Von Schiller, un des poètes majeurs de langue allemande. Après la composition de la Symphonie no 9, Ludwig compose quatre pièces pour quatuors à cordes et une pour un quintett, ainsi qu'une fugue pour piano à quatre mains qui est présentée à Berlin avant son décès le 26 mars 1827.

Bien que ses neuf symphonies et son seul opéra, Fidelio, soient ses œuvres majeures, le répertoire de Beethoven compte près de 730 œuvres. Parmi celles-ci, 112 ont comme instrument principal le piano et 276 sont des chansons, dont 180 sont des chansons folkloriques. Ludwig Van Beethoven est le dernier représentant du Classicisme viennois et il est un des compositeurs principaux qui ferment la période classique et donnent naissance à la période du Romantisme dans l’histoire de la musique classique.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.