Sur les écrans : À la lumière des salles obscures

27 septembre 2018
L'équipe (presque au complet) d'Elijah and the rock creature, réunie après sa projection en ouverture du YKIFF 2018. (Crédit photo : Nicolas Servel)

L'équipe (presque au complet) d'Elijah and the rock creature, réunie après sa projection en ouverture du YKIFF 2018. (Crédit photo : Nicolas Servel)

Yellowknife célèbre et récompense le cinéma des TNO.
 

La 12e édition du Festival international de Films de Yellowknife (YKIFF) a démarré mercredi 26 septembre avec la première mondiale de Elijah and the rock creature, devant une salle comble.


Jeremy Emerson est le directeur général de l’organisme Western Arctic Moving Pictures (WAMP), un acteur majeur du développement des productions cinématographiques des Territoires du Nord-Ouest. WAMP organise le festival, et M. Emerson s’est dit très heureux et excité de l’engouement et de l’engagement communautaire que génère le festival.

« On a commencé modestement au Northern United Place avec quelques projections de films pendant deux jours. On devait installer des chaises pliantes à chaque projection, tout ranger à la fin et recommencer le lendemain. Je faisais le maitre de cérémonie et changeais de disque pour lancer le prochain film. Tout reposait sur l’aide d’un petit groupe de fervents amateurs de cinéma. Maintenant, on a des projections sur cinq à six jours dans deux salles différentes, au NACC et au cinéma Capitol, des ateliers de formation gratuits et des activités dans différents endroits de la ville, un gala, et pour la première fois une cérémonie de récompense pour encourager les talents du cinéma ténois », se souvient-il.

C’est que l’industrie du cinéma connait un essor remarquable depuis plusieurs années avec notamment le soutien du Bureau du cinéma des TNO. Ce dernier a joué un rôle crucial dans la production du premier long-métrage commercial tourné entièrement aux TNO en 2016, The sun at midnight de Kristen Carthew, qui a depuis fait le tour du monde des festivals de cinéma.

Par ailleurs, un ingénieur du son, ancien élève de l’école St. Patrick a notamment travaillé sur les films The revenant et The shape of water. Un film des productions Disney, A wrinkle in time a aussi vu quelques-unes de ses scènes tournées en terre ténoise. L’Association des Médias Professionnels des Territoires du Nord-Ouest (NWTPMA) apporte également un soutien important aux professionnels de l’industrie. Pour la première fois, cet organisme ténois offrira des récompenses aux producteurs dans quatre catégories; meilleur récit narratif, meilleur documentaire court, meilleur film promotionnel gouvernemental et sa version non gouvernementale.

Films d’ailleurs oui,films d’ici aussi !
Parmi la riche sélection de films projetés à l’occasion du 12e YKIFF, un nouveau long-métrage ténois et un documentaire court sont réalisé par des femmes de Yellowknife.


L’artiste visuelle Jennifer Walden présente son premier long-métrage Elijah and the rock creature qui relate l’aventure du jeune Elijah, séparé de sa maman lors d’une randonnée dans le parc Wood Buffalo, et de sa rencontre avec une créature extraterrestre, également perdue. La réalisatrice, pour qui « le cinéma c’est de la peinture qui bouge » s’est dit très fière de présenter son film devant l'audience ténoise, alors que seules une actrice et une équipe spécialisée en costumes et effets spéciaux sont venues respectivement de Toronto et Vancouver. « Tout le reste de l’équipe et les lieux de tournages sont aux Territoires du Nord-Ouest ».


Projeté au cinéma Capitol, mercredi 26 septembre (en ouverture du festival) et dimanche en reprise, il ne reste plus de places disponibles pour ces premières projections.


Avec Three Drops, France Benoît, plus connue comme la maraichère-propriétaire de la ferme Le Refuge, aux abords de Yellowknife, propose un film documentaire au format court qui porte sur le deuil, l’amitié, la famille et la reconstruction d’une vie après la perte d’un être cher, en l’occurrence son mari décédé, il y a près de 3 ans, d’un cancer du pancréas. Une nécessité thérapeutique pour la réalisatrice qui a toujours trouvé plus aisé de se réconforter dans les différentes épreuves de la vie, en partageant son expérience avec le public.
Il sera projeté dimanche à partir de 13 h, au cinéma Capitol, parmi une sélection de six courts-métrages documentaires dont cinq ont été produits aux TNO, et sera suivi d’une séance de questions/réponses avec la réalisatrice.
Parmi les ateliers offerts gratuitement au public, on trouve une session d’initiation au jeu d’acteur. trice pour les jeunes, une initiation aux tournages à 360 degrés, ou encore comment présenter un projet de film à des bailleurs de fonds ou distributeurs.


Des représentants de l’industrie sont également présents pour animer des discussions, comme Avi Federgreen de IndieCan, ou encore l’évènement Pitch this !, supporté par Northwestel et ProperTV qui aideront à la production et la diffusion de la série.


Le concept est simple : présentez une idée d’émission de télévision et obtenez du financement et un accès à de l’équipement afin de pouvoir passer à la production.


Plusieurs films présentés cette année ont notamment participé à ce programme.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages