640 000 $ pour lutter contre l’insécurité alimentaire

Michael McLeod et Jason Brinson (à droite) au moment du dévoilement du fonds à la presse. (Crédit photo : Cécile Antoine-Meyzonnade)

Michael McLeod et Jason Brinson (à droite) au moment du dévoilement du fonds à la presse. (Crédit photo : Cécile Antoine-Meyzonnade)

Mardi 15 septembre, le député des Territoires du Nord-Ouest, Michael McLeod, a annoncé à
l’Armée du salut de Yellowknife qu’un fonds fédéral de 640 000 $ leur serait attribué.



Cette somme vise à améliorer la sécurité alimentaire dans la région, alors que des familles subissent de plein fouet la pandémie.

« Nous servons environ 200 personnes de Yellowknife par mois, d’après le directeur exécutif de l’Armée du Salut, Jason Brinson. Mais ce fonds est destiné à l’ensemble des TNO. »

Outre les besoins en nourriture, cette subvention sera également destinée à différents besoins en équipement, comme par exemple les produits sanitaires liés à la pandémie (masque, gel antibactérien…).

Selon Jason Brinson, le nombre de personnes dans le besoin va augmenter et être davantage visible au cours de l’hiver.


Dix-neuf organismes ténois

Au total, 100 millions de dollars ont été débloqués à travers l’ensemble du Canada par le gouvernement fédéral. Le premier ministre Justin Trudeau avait annoncé en avril dernier la création d’un fonds pour répondre aux besoins alimentaires des collectivités pendant la pandémie.

Aux TNO, 19 organismes ont également reçu une somme provenant de ce fonds. 1800 banques alimentaires dans le reste du Canada.

« Pendant cette période, il est essentiel que nous nous assurions que tout le monde ait accès à quelque chose d’aussi essentiel que la nourriture », a affirmé Michael McLeod.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.