Milieu minoritaire : Yo! Yo! Tante Caro!

16 avril 2009
0 Commentaire(s)
Tante Caroline

Tante Caroline

Tante Caroline arrive aux TNO pour rendre visite aux membres de sa grande famille.

Normalement elle arrive en bicyclette volante, mais pour visiter les écoles de Yellowknife et de Hay River, Tante Caroline se contentera de l’avion. Tante Caroline, c’est la tante de tous les francophones au Canada, c’est pour dire qu’elle a beaucoup de parenté à visiter. Durant ces visites dans les milieux francophones minoritaires, Tante Caroline s’efforce de stimuler la construction identitaire des jeunes à travers le conte, la musique et l’animation d’atelier. Elle apporte dans ses bagages une multitude de ressources qui plaisent aux jeunes et aux parents. Elle s’accompagne de marionnettes, de comptines et même de raps, dont le fameux, Yo! Yo! Je suis Franco! un hommage rythmé à la diversité francophone du Canada.

Durant ses visites, elle s’adresse parallèlement aux parents confrontés aux cheminements parfois hésitants de leurs adolescents vers l’exploitation de leur bilinguisme. « J’interviens dans les écoles francophones et les écoles d’immersion pendant les heures de classe, explique Tante Caroline. Le soir, avec les parents, je conduis également des ateliers sur la rétention des élèves aux secondaires dans les écoles francophones. Je fournis du soutien pour les parents d’enfants des programmes d’immersion. »

Selon elle, les programmes secondaires francophones des TNO font des efforts considérables pour retenir leurs élèves. « On ne voit pas ça partout, des commissions scolaires qui donnent des bourses postsecondaires et des ordinateurs portables », dit-elle en se référant à l’Ontario où elle vit et où bien sûr, les effectifs sont plus importants. Tante Caroline, insiste pourtant sur le fait que la dynamique est la même partout au Canada. « Il y a un décrochage culturel qui s’effectue vers la 5e année du primaire. À cet âge, l’enfant ressent moins d’intérêt pour la langue minoritaire et les parents ont plus de difficultés à maintenir une forte identité francophone. » En tant que pédagogue confirmée, Tante Caroline argumente que les inquiétudes souvent mentionnées par les parents qui décident d’orienter leurs enfants vers une éducation de langue anglaise se basent sur l’hypothèse que l’enseignement en français n’est pas aussi fort que celui en anglais. « Les statistiques démontrent que ce n’est pas le cas. Mais il est juste plus facile d’abandonner l’enseignement du français en milieu minoritaire. En fait, le rendement académique est un élément déclencheur, mais il n’est pas nécessairement relié aux aptitudes de l’élève, mais souvent au désir du jeune d’aller vers le milieu majoritaire. Peut-être pour chercher une meilleure harmonie dans son environnement. »

Pour ceux qui demeurent à Yellowknife depuis près de 20 ans, peut-être reconnaîtriez-vous Caroline Lajoie-Jempson qui incarne le personnage de Tante Caroline. En effet, au début des années 90, Mme Lajoie fut la première directrice de la Garderie Plein Soleil à Yellowknife. La semaine prochaine, son personnage abracadabrant qui réussit à faire rire et réfléchir à travers une lunette pédagogique sera le 21 avril à l’école Allain St-Cyr dès 17 h 30, pour une rencontre avec les parents de Yellowknife organisée par l’APADY. Le 22 avril, elle ira à l’école Boréale de Hay River, et sera de retour à Yellowknife pour mener des ateliers dans les classes de l’école francophone le 23 avril au matin et proposera un spectacle en après-midi. L’école St-Joseph accueillera Tante Caroline le vendredi 24 avril.

 


Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages