S'abonner à Médias Ténois

Justin Lacroix aux TNO : Un petit riff et puis s'en va!

17 mars 2011
0 Commentaire(s)
Justin Lacroix a accepté avec joie de prendre part aux festivités de l’Association franco-culturelle de Hay River, qui l’a invité aux TNO, lors des débats à Hay River. (Photo : Édith V-R)

Justin Lacroix a accepté avec joie de prendre part aux festivités de l’Association franco-culturelle de Hay River, qui l’a invité aux TNO, lors des débats à Hay River. (Photo : Édith V-R)

Que ce soit du roots, du funk, du folk ou encore du blues-rock, une chose est certaine : Justin Lacroix a su animer les Ténois.


La semaine dernière, c’est l’artiste franco-manitobain Justin Lacroix qui s’est imprégné de la vie nordique lors d’une petite tournée dans les villes de Hay River, Fort Smith et Yellowknife. Il en a profité aussi pour discuter de son prochain album…

La guitare à l’épaule, l’harmonica et le tambourin à proximité, c’est d’abord à l’école Joseph Burr Tyrrell, de Fort Smith, et à l’école Boréale, de Hay River, que l’artiste a présenté des ateliers. Il s’est ensuite produit en spectacle au resto-bar le Doghouse et à l’école Princess Alexandra à Hay River. Il a poursuivi au château de neige, à Yellowknife, pour enfin terminer son incursion nordique de nouveau à Hay River. « Une communauté, c’est fait de gens. Ce sont les gens qui me marquent », a-t-il partagé, en reconnaissant la chaleur de l’accueil des TNO.

C’est lors de ses nombreuses apparitions à Hay River qu’il a bien voulu accorder une entrevue à L’Aquilon. Un tantinet bohême, avec ses cheveux longs et sa barbe, c’est un Justin Lacroix allègre qui s’est présenté aux Ténois. S’il tente de faire de sa musique une occupation à temps plein, il partage avoir bien des défis à relever : « J’ai le défi de faire sortir les gens [pour venir à mes spectacles] ». L’artiste, qui évolue aussi au sein du Justin Lacroix Band, travaille présentement à un album solo afin de pouvoir refaire une tournée : « Ce sera la même idée que mes deux premiers albums, c’est-à-dire, guitare et voix, mais avec un son plus raffiné », laisse-t-il tomber. S’il n’abandonne pas l’idée d’un band, c’est plutôt pour des raisons financières qu’il a fait ce choix : « C’est quand même dur de trouver les fonds pour déplacer tout un band en tournée ».

« La vie est plus importante que d’avoir un boulot et gagner son pain », réalise l’artiste qui a confié avoir débuté sa carrière à la suite d’un incident tragique où il a perdu un de ses frères. « Il m’a donné le cadeau de comprendre… », raconte Justin Lacroix qui a débuté une formation en violon à l’âge de quatre ans, avant de découvrir la guitare, et maintenant, tous les autres instruments qu’il maîtrise (ukulélé, accordéon et bien plus). Issu d’une famille franco-manitobaine, vivant à Winnipeg, il a été initié à la musique dès son plus jeune âge – son père jouait dans des soirées dansantes et des événements sociaux. « Je trouve ça beau quand la culture se transmet à une génération », partage celui qui aimerait se produire davantage dans les écoles. « J’encourage ceux qui veulent faire vivre leur culture, mais je ne crois pas qu’on puisse forcer sa culture », dit-il cependant. Si le musicien a aimé son séjour aux TNO, c’est avec impatience qu’il a repris le chemin vers ses prochaines destinations musique. Au moment de lire ces lignes, il avait déjà effectué son prochain arrêt : Edmonton. Il ponctuait ensuite son chemin vers Vancouver de quelques spectacles ici et là, avant de retourner sur ses pas, de la même façon, vers Winnipeg. « J’aimerais voir Hay River l’été… », a-t-il dit. Qui sait, y aura-t-il une prochaine fois?

Il est possible de visiter le site Web du Justin Lacroix Band : www.justinlacroixband.com.