S'abonner à Médias Ténois

Francophonie au sud du lac : Un nouvel air riverain!

07 avril 2011
0 Commentaire(s)
Brigitte et ses deux garçons, Pablo, l'aîné, et Antonio, le cadet. (Photo : Édith V-R)

Brigitte et ses deux garçons, Pablo, l'aîné, et Antonio, le cadet. (Photo : Édith V-R)

La franco-manitobaine, Brigitte Tetreault, s’est installée à Hay River et compte bien y rester!


Ce n’est pas tous les jours que les habitués des soirées de musique à la bibliothèque de Hay River peuvent s’amuser sous les airs de Besame mucho et Guantanamera. Depuis l’arrivée de Brigitte Tetreault, Franco-manitobaine, et de son mari, Carlos Tapia, Équatorien, la situation risque de changer!

Passionné de musique, le nouveau couple hispano-francophone ténois a déjà attiré l’attention, lors de la dernière soirée de musique, le 25 mars dernier, sous le thème : « Viens jouer ta chanson préférée! » C’est dans leur simplicité et leur sourire qu’ils se sont distingués. « Mon père chantait toujours lorsque nous allions camper », se remémore Brigitte : « Mon mari, lui aussi, vient aussi d’une famille très musicale! »

C’est d’ailleurs autour de la musique qu’ils se sont rencontrés, en Équateur, il y a un peu moins d’une dizaine d’années. Brigitte était en visite, au pays, grâce à un échange avec Jeunesse Canada Monde. Depuis, ils ont exploré l’Amérique du Sud dans un contexte des plus réels, vécu sur la loge touristique familiale en Équateur, avant de revenir au Manitoba, puis finalement à Hay River, depuis le mois de septembre dernier. Entre-temps, ils sont aussi devenus parents de deux petits garçons, Antonio et Pablo, toujours en bas âge. « J’ai inscrit Pablo à l’école Boréale, pour l’année prochaine », partage Brigitte, au sujet de son fils aîné de deux ans et demi qui sera alors admissible au programme préscolaire de l’école francophone. « Je viens d’une famille très très francophone! », s’exclame Brigitte, en ajoutant qu’elle n’envisagerait pas du tout l’option d’envoyer ses enfants dans une école anglophone. « Quand j’étais au secondaire, j’ai fait partie de tous les comités reliés au français! »

La jeune maman a partagé à L’Aquilon qu’elle souhaitait s’installer du côté de la rivière aux Foins, pour quelques années encore. Brigitte, qui adore cuisiner, s’épate d’ailleurs de la quantité d’ingrédients qu’elle peut retrouver à l’épicerie versus ce qu’elle retrouvait, en Équateur. Comme chaque médaille a son revers, elle avoue toutefois s’ennuyer des légumes et fruits frais auxquels elles avaient accès là-bas.

Détentrice d’un baccalauréat en éducation d’une université équatorienne, la Universidad técnica particular de Loja, elle est, pour le moment, mère au foyer. « Ce que j’adore à Hay River, c’est qu’il y a beaucoup d’activités. Nous avons deux calendriers sur le frigidaire et, chaque jour, nous décidons ce que nous allons faire! » Dans le futur, elle confie qu’elle aimerait bien enseigner l’espagnol aux francophones, elle l’a d’ailleurs fait lors de son retour au Manitoba, au courant des dernières années. « Chaque fois que nous planifions, ça change! », avertit-elle, toutefois, en riant.
Bienvenue à toute la famille Tetreault-Tapia!