S'abonner à Médias Ténois

Prêtre abuseur : le Canada demande l’extradition au gouvernement français

Le prêtre oblat Joannes Rivoire fait l’objet d’une demande d’extradition. Vivant en France et âgé de 92 ans, le prêtre a officié dans plusieurs collectivités du Nunavut entre 1960 et le début des années 1990. Au total, six plaintes pour agression sexuelle ont été déposées auprès de la gendarmerie du Nunavut. (Courtoisie Raul Raincon)

Le prêtre oblat Joannes Rivoire fait l’objet d’une demande d’extradition. Vivant en France et âgé de 92 ans, le prêtre a officié dans plusieurs collectivités du Nunavut entre 1960 et le début des années 1990. Au total, six plaintes pour agression sexuelle ont été déposées auprès de la gendarmerie du Nunavut. (Courtoisie Raul Raincon)

Nelly Guidici

Le Canada a demandé à la France d’extrader le prêtre oblat Joannes Rivoire, accusé d’agressions sexuelles commises contre des enfants inuits dans les années 1960 et 1970.

Le ministère de la Justice l’a confirmé à L’Aquilon : une demande a été faite au gouvernement français par le service des poursuites pénales. Le père Rivoire réside en France depuis 1993. Le ministère de la Justice a aussi reconnu le caractère exceptionnel de l’affaire qui a été portée jusqu’au pape, par Nathan Obed, président de l’organisme Inuit Tapiriit Kanatami et représentant de la délégation inuite, lors de la visite au Vatican de mars 2022.

Dans un communiqué de presse du 28 mars 2022, M. Obed a indiqué avoir notamment demandé au pape François « d’user de son influence auprès des autorités françaises compétentes pour faire extrader M. Rivoire vers le Canada ou le juger en France […] et de faire ce qui est juste, ce qui est nécessaire et ce qui est entièrement en son pouvoir en tant que pontife ».

Pour le ministre de la Justice, David Lametti, aucune relation n’est plus importante que celle avec les peuples autochtones. Cette affaire prend donc une valeur symbolique particulière alors que la visite papale au Canada s’est achevée fin juillet 2022.

« La collaboration et la coopération sont essentielles pour réparer l’héritage honteux des pensionnats. Nous travaillons avec les peuples autochtones pour faire avancer l’important travail de réconciliation au Canada », écrit le ministre le ministre de la Justice lors d’un échange de courriels avec L’Aquilon.

La France n’extrade pas ses ressortissants, mais M. Rivoire possède la double nationalité. Même si à ce jour le gouvernement français n’a pas encore donné suite à la demande, le prêtre franco-canadien, âgé de 92 ans, pourrait faire face à la justice canadienne en tant que citoyen canadien.

Pour Piita Irniq, homme politique et ancien commissaire du Nunavut de 2000 à 2005, cette affaire doit trouver une issue le plus tôt possible par la présentation de Joannes Rivoire devant le système judiciaire canadien.

« Je suis satisfait de la décision du gouvernement canadien d’extrader M. Rivoire vers le Canada. Et cette extradition doit avoir lieu très rapidement ! », a-t-il indiqué.

Alain Arsenault, avocat au barreau de Montréal menant une action collective contre les abus sexuels des Oblats du Diocèse de Québec, pense qu’une poursuite collective est peut-être une solution à explorer pour les victimes du Nunavut.

« Je pense que les gens doivent s’organiser pour entreprendre des poursuites collectives. Si la dénonciation pour les victimes est une première étape, obtenir justice (au civil ou au criminel) qui contient une reconnaissance, c’est une étape aussi essentielle que la dénonciation », précise l’avocat.

Entre 1993, année de son départ précipité du Canada, et 2021, six plaintes ont été déposées contre Joannes Rivoire. Un mandat d’arrêt a été lancé en 1998, mais en 2017, le gouvernement du Canada abandonne les accusations qui pesaient alors contre le prêtre. À la suite du dépôt d’une nouvelle plainte en septembre 2021, l’enquête sur le dossier a été relancée, menant à l’émission de cette demande d’extradition.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.