S'abonner à Médias Ténois

Perler le passé, le présent et le futur

Ce sac en peau d’orignal a été perlé en 2019 par l’artiste Kaylyn Baker de la Première Nation Selkirk au Yukon. Cette pièce fait partie de l’exposition de perlage contemporain « Radical Stitch » présentée à la galerie d’art Mackenzie à Regina en Saskatchewan.(Crédit photo : Courtoisie gouvernement du Yukon)

Ce sac en peau d’orignal a été perlé en 2019 par l’artiste Kaylyn Baker de la Première Nation Selkirk au Yukon. Cette pièce fait partie de l’exposition de perlage contemporain « Radical Stitch » présentée à la galerie d’art Mackenzie à Regina en Saskatchewan.(Crédit photo : Courtoisie gouvernement du Yukon)

Jusqu’au 28 aout 2022, l’exposition Radical Stitch (le point radical) de la galerie d’art Mackenzie à Regina en Saskatchewan met en lumière la diversité et la richesse du perlage contemporain en Amérique du Nord.

Quelque 48 artistes présentent 110 créations de perlage qui reflètent la diversité des enjeux des Premières Nations au XXIe siècle. Quatre artistes venues du Nord ont plusieurs pièces exposées, comme Kaylyn Baker, membre de la Première Nation Selkirk au Yukon.

 

Une pratique en évolution

Pour Cathy Mattes, professeure en histoire de l’art à l’Université de Winnipeg et co-curatrice, cette exposition qui a nécessité trois ans de travail reflète l’importance du perlage, la résilience, mais aussi la continuité culturelle au sein des groupes d’artistes malgré les conséquences de la colonisation en Amérique du Nord.

« Radical Stitch examine le contexte contemporain et transformateur du perlage à travers les innovations esthétiques des artistes et la beauté tactile des perles. Les matériaux et techniques de perlage sont enracinés à la fois dans des traditions culturellement informées et dans l’adaptation culturelle, et fonctionnent comme un lieu de rencontre,vv de transfert de connaissances et d’actes de résistance », peut-on lire sur le site Internet de la galerie.

L’exposition propose une vue d’ensemble de la scène contemporaine nord-américaine avec une représentation du nord à travers quatre artistes issues du Nunavik, du Nunavut, des Territoires du Nord-Ouest et du Yukon.

« Le travail de ces quatre artistes contemporaines est incroyable. Nous avons fait de notre mieux pour nous assurer qu’il y ait une représentation de toute l’Amérique », indique la curatrice.

 

Les couleurs du soleil de minuit

Le territoire, sa faune et sa flore sont au cœur des créations de ces artistes de l’Arctique. Kaylyn Baker a représenté ses souvenirs d’enfance lorsqu’elle rendait visite à sa famille en été, en voiture. La lumière vibrante du soleil, en fin de journée, qui donne un éclat particulier à la teinte rosée des fleurs d’épilobes qui parsèment le bord des routes au Yukon a profondément marqué l’artiste. Le sac, qu’elle a brodé en 2019, et qui est aujourd’hui présenté à la galerie, est une image de ce souvenir estival et une reconnaissance de la beauté naturelle du territoire.

« Quand je fais du perlage, j’aime sélectionner un sujet parmi mes souvenirs, les choses dont j’ai fait l’expérience étant enfant. Je n’ai réalisé qu’à l’âge adulte que ces moments étaient très beaux », explique l’artiste.

 

L’importance du perlage

La technique du perlage est l’une des plus anciennes formes d’art au Canada, et se fait le vecteur de l’identité et des valeurs autochtones. Pour Mme Mattes, l’exposition reflète les techniques du passé et l’importance de cette pratique hier, aujourd’hui, mais aussi pour le futur. « Nous présentons des créations où les artistes ont partagé leur expérience vécue en tant qu’artistes contemporains, résume la curatrice. Cette exposition parle vraiment de leurs propres expériences et de leurs cultures. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.