Naître différemment ! : Lesley Paulette : sage-femme

04 avril 2001
0 Commentaire(s)
« Notre philosophie repose sur le fait qu'une naissance doit se dérouler là où elle se doit. Une naissance est partie intégrante d'une famille et d'une communauté ! », explique la sage-femme Lesley Paulette, qui habite Fort Fitzgerald. C'est sa rencontre avec une sage-femme mohawk qui a confirmé la voie qu'elle emprunte aujourd'hui. « Cela doit venir de l'intérieur de nous-même », lance-t-elle.

À présent, Lesley Paulette n'est plus seule, à Fort Smith, pour accompagner des familles entières lors du grand changement, l'arrivée d'un enfant. Gisela Becker, originaire de l'Allemagne, s'est jointe à elle récemment, après un séjour à Rankin Inlet, au Nunavut. Toutes deux partagent le même amour de la profession.

« J'aime appuyer les femmes durant leur grossesse et lors de la naissance de l'enfant ! », souligne Gisela Becker, pour expliquer son amour de la profession, cette profession, qui l'a choisie. « Je cherchais un sens à ma vie, j'avais dix-huit ans, et cela m'est apparu. J'ai appelé la sage-femme de ma mère, sa profession exerçait sur moi une réelle une fascination ! », avoue-t-elle.

« Nous avons la chance de connaître en profondeur les femmes qui viennent vers nous », soutient Lesley paulette. « Je crois que chaque naissance, chaque famille, chaque femme et chaque situation est unique. Tu apprends beaucoup et la croissance de la femme que tu accompagnes est liée à ta croissance personnelle », souligne Gisela Becker.

Dans plusieurs communautés nordiques, il s'avère difficile pour la famille d'assister à l'accouchement, puisque celui-ci se déroule à Yellowknife. La future maman est donc coupée de son milieu durant plusieurs jours, voire semaines, avant l'accouchement, d'où l'importance des sages-femmes, soutient Lesley Paulette. « Parfois, le mari, les enfants et même les grands-parents assistent à l'accouchement ! », raconte-t-elle.

En milieu hospitalier, la grossesse est compartimentée en divers domaines et la patiente rencontre plusieurs médecins et infirmières assurant le suivi. En tant que sages-femmes, Lesley Paulette et Gisela Becker demeurent auprès des mamans tout au long de la grossesse. « Ici, les femmes ont vraiment le choix. Elles décident de l'endroit où elles souhaitent accoucher, soit à la maison, dans un bain tourbillon ou encore à la clinique », indique Lesley Paulette.

Elle n'a pas besoin de publicité, car la tradition orale fait son ¦uvre. Depuis maintenant sept ans et demi qu'elle exerce sa profession et le tiers des femmes de Fort Smith lui confient leur grossesse. « Je crois qu'une naissance est le plus beau de la vie », souligne Gisela Becker. « Une naissance, c'est une porte d'entrée. Pas question de revenir en arrière », ajoute Lesley Paulette en lançant un regard vers Gisela avant d'ajouter : « Je sais, ce n'est pas vraiment poétique ! »

Fort Smith pourrait d'ailleurs bientôt avoir son centre de naissances. « Nous travaillons afin d'obtenir une légitimité », souligne Lesley Paulette. « Les gens s'habituent au concept des sages-femmes, qu'ils soient d'accord ou pas avec nos pratiques ! », poursuit-elle.

Ne manquez pas prochainement un dossier qui couvre en profondeur la profession de sage-femme, son statut aux T.N.-O. et les difficultés inhérentes à cette pratique
Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages