S'abonner à Médias Ténois

Les Voleurs de l’heure : Les élèves relèvent le défi

21 avril 2011
0 Commentaire(s)
Les cannibales ont présenté leurs alléchants plats à un public pas très rassuré ! (Photo : Édith V-R)

Les cannibales ont présenté leurs alléchants plats à un public pas très rassuré ! (Photo : Édith V-R)

Ça y est! C’est vendredi dernier que les élèves de l’école Boréale ont donné avec brio la représentation de leur pièce de théâtre Les Voleurs de l’heure.


Deux semaines, pas plus, ont été nécessaires aux élèves de 7e, 8e et 9e année de la classe de français de Mme Jessica Gilbert, pour mettre sur pied et présenter une pièce de théâtre. Réalisée grâce à la collaboration de Sarah Iris Foster, une bachelière en théâtre en visite à Hay River, cette représentation a ravi une quarantaine de spectateurs. Parmi eux, certains parents s’étaient déplacés afin d’apprécier les jeunes talents improvisés. Les rires furent nombreux!

Sherisse Bouchard, une élève de 7e année, a partagé avoir aimé son expérience : « Tout le monde a fait de son mieux et nous nous sommes amusés! » Interrogée sur son désir de relever le défi à nouveau, Sherisse a répondu à l’affirmative.

Une opinion qui n’était pas partagée par le jeune Jordan Hordal, qui se contenterait bien de sa seule et unique expérience en théâtre. « C’était difficile, mais amusant en même temps! », a-t-il toutefois partagé. Le jeune homme avait un rôle de premier plan, en tant qu’animateur, dans cette histoire où des habitants d’un village monotone se réunissent afin de trouver un moyen efficace de faire parler d’eux dans les médias. Les villageois décident alors de faire un concours parmi eux pour trouver quel faux crime attirerait davantage l’attention médiatique. Au menu? Vol d’identité, cannibalisme, vol de banque et on en passe!

Fière de sa troupe improvisée, Sarah Iris Foster a partagé, après la pièce : « Ils ont vraiment bien travaillé et ce n’était pas évident pour personne! » L’enseignante Jessica Gilbert a dit avoir apprécié le travail de ses élèves, qui bien que peu enchantés au début, ont toutefois vite eu la piqûre. « C’est un beau travail d’équipe! », a-t-elle souligné.