S'abonner à Médias Ténois

Division à l’APFY : La réunion tourne au vinaigre

17 janvier 2003
0 Commentaire(s)
Après que le comité de politique et de promotion ait refusé l’adhésion de deux nouveaux membres au sein du conseil d’administration, la majorité des membres du comité d’activités parascolaires et communautaires ont quitté la table.

C’est lors du dépôt du rapport du comité d’activités parascolaires et communautaires que Martine Boulet-Pelletier a proposé l’inclusion de deux nouveaux membres au sein du conseil d’administration, qui comptait deux sièges vacants. Ces parents intéressés à s’engager auprès de l’organisme sont Christian Bergeron et Daniel Duval.

Pour Yvonne Careen, présidente de l’Association des parents francophones, l’adhésion de ces deux nouveaux membres était, en fait, une tentative, de la part du comité parascolaire, de prendre la majorité des voix au sein du conseil. « C’était très évident qu’ils avaient bien choisi les deux membres qu’ils voulaient ajouter au conseil d’administration. On connaît déjà le point de vue de Christian Bergeron. Quant à Daniel, c’est une autre histoire, on ne connaît pas son point de vue encore. Peut-être que deux propositions séparées auraient dû être faites, une pour chaque candidat », d’expliquer Yvonne Careen. La proposition a été rejetée grâce au vote prépondérant de la présidente.

Juste avant le vote, les membres du comité de politique et de promotion ont fait savoir qu’ils désiraient avoir un peu plus de temps afin de trouver d’autres personnes prêtes à s’engager au sein du conseil d’administration. L’argumentaire de l’autre comité portait principalement sur le fait qu’une petite organisation comme l’APFY ne pouvait se permettre de refuser l’adhésion de deux bénévoles possédant de l’expertise et de l’expérience dans le domaine.

De son côté, Christian Bergeron dénonce la manière dont s’est déroulé le vote. « Il y a eu une manipulation flagrante du vote. Il y a des choses graves qui se sont passées». C’est qu’avant la tenue du vote, le président de l’assemblée, Daniel Lamoureux, a signifié que les gens pouvaient voter pour ou contre la proposition ou bien que quelqu’un pouvait demander une pause avant la tenue du vote. C’est Mme Careen qui a demandé cette pause.

« Durant cette pause, demandée par la présidente, nous sommes tous montés au rez-de-chaussée de la Maison Laurent-Leroux. Il y a des gens qui m’ont abordé pour me demander des conseils au niveau légal et surtout, au niveau des règlements. On m’a demandé ce que l’on pouvait faire au niveau de la proposition qui était sur la table et quelles étaient les options. Ça aurait pu être des questions qui me seraient venues de la part des membres du comité parascolaire, mais le hasard a voulu que ce soit des gens du comité politique », d’expliquer M. Lamoureux.

Durant l’assemblée, la neutralité de M. Lamoureux a été remise en question par des parents qui observaient les débats. « Je vais m’opposer de façon virulente à quiconque va contester ma neutralité dans le cadre de ma fonction de président de l’assemblée de ce soir (lundi dernier) », de faire savoir le principal intéressé, au sortir de la réunion.

Tout de suite après le vote, trois des quatre membres du comité parascolaire et communautaire se sont retirés de la table de discussions. « C’était, idéologiquement et éthique-ment, inconcevable pour nous de rester là après que ces deux parents aient été rejetés », de faire savoir Sylvie Boisclair, la première conseillère à s’être levée après la tenue du vote. Cette dernière se dit cependant satisfaite du résultat, puisque plusieurs parents qui assistaient à la réunion ont eu l’occasion de s’exprimer sur le déroulement de la soirée.

« En tant que parent, je suis épouvanté. Ça m’enrage de voir ça et je ne suis plus intéressé du tout à revenir à ces réunions », a lancé Philippe Dipizzo, qui assistait à la réunion. Ce dernier a demandé la démission du conseil d’administration de l’APFY. Le seul membre du comité parascolaire et communautaire à être demeuré autour de la table, François Cyr, a fait part de son intention de ne plus assister aux réunions de l’Association. « On n’a plus rien à dire de notre côté», a-t-il lancé, faisant référence à la constante majorité du comité de politiques et de promotion lors de la tenue des votes.

De son côté, Christian Bergeron ne voit pas, dans la manœuvre du comité parascolaire et communautaire, de tentative de prendre l’avantage des voix au conseil d’administration. « Je ne suis pas un pantin. Je vais voter pour les bonnes idées. Personne ne m’a encore dit les avantages et les inconvénients de la division », a-t-il déclaré lors de la réunion, qui a été ajournée peu de temps après la sortie de Sylvie Boisclair, Martine Boulet-Pelletier et Dianne Marsh.

D’un côté comme de l’autre, la suite des événements demeure à déterminer. « Je doute que l’on ne se présente pas à la prochaine réunion. Sauf que nous savons ce que pourrait être la teneur des discussions à partir de ce moment. Tout ce qui se faisait en cachette est maintenant sorti au grand jour et il y a des parents qui sont au courant. C’est ce que l’on voulait qui arrive », de laisser savoir Mme Boisclair.